Législatives et locales 22: Guy Georges Mbaka réussira t-il son baptême de feu ?

Le ministre de l’administration du territoire, de la décentralisation et du développement local, essuie une volée de bois vert au moment où est observée une pagaille dans l’organisation des législatives et locales 22.

Joachim Yhombi Opango, ancien président de la République populaire du Congo(1977-1979), a « breveté » une phrase riche de signification en politique:  » Il ne faut jamais rater les débuts « . Des politiques congolais s’en rappellent chaque fois qu’ils doivent faire leurs premières preuves sur le rocailleux terrain politique national. Car des internautes, journaux et observateurs de la politique épient alors leurs moindres gestes et propos, colportent des ragots rarement vérifiés sur leur compte, alimentent les soupçons autour de leurs actions, dissèquent et interprètent, souvent négativement, leurs intentions réelles ou supposées. Guy Georges Mbaka, nouveau ministre de l’administration du territoire, de la décentralisation et du développement local, n’échappe pas au verdict de ce tribunal populaire à la congolaise.

À charge, la disparition des radars de la direction générale des affaires électorales des noms de certains candidats indépendants jugés, à l’observation, redoutables face à des ministres du pct au pouvoir. C’est le cas, à Makabana, dans le département du Niari, où le ministre Pierre Mabiala, puissant candidat du pct, se retrouve quasiment en situation de candidat unique après que le nom de Joseph Ngoyi, son challenger, a disparu des listes électorales affichées.

À Banda, toujours dans le même département, Gertrude Haubain Mongo, une autre candidate indépendante, est obligée de se ronger les ongles après le « gommage » de son nom, comme pour faire passer en roue libre la candidate du pct au pouvoir,Yacine Koumba, la fille éponyme de l’ancien président de l’assemblée nationale. Jamais deux sans trois. À Sibiti, où le docteur Gaël Mahoungou, candidat sérieux face à un autre ministre du parti dominant, Thierry Moungalla, est obligé de subir les conséquences d’une désorganisation inquiétante.
La direction générale des affaires électorales manipule t-elle des listes?


« Le niveau de négligence de la DGAE nous inquiète vraiment.

Comment en lieu place du Mouvement Républicain, notre liste de Dolisie 01 se retrouve au club 2022 et celle de Dolisie 02 indépendante », constate Destin Gavet, président du Mouvement Républicain. Qui exige réparation pour les
trois(03) autres listes dans les circonscriptions de Kellé, Yamba et Mongo Mpoukou.
Comme si cela ne suffisait pas, aux dernières nouvelles, selon notre excellent confrère Ernest Dimi, sur sa page professionnelle Facebook, des rumeurs de détournements de cartes au profit de certains candidats circulent dans des quartiers sud de Brazzaville.

Silence de cathédrale, pour l’instant, à la direction générale des affaires électorales. Autre grief qui relève, cette fois-ci, de la stratégie politique et administrative en période pré électorale, Guy Georges Mbaka aurait-il mal agi tactiquement en nommant des sous-prefets à quelques 3 mois des législatives et locales?
En tout cas, de l’avis des observateurs du landerneau politique national, à l’allure où vont les choses, il est à craindre que le nouveau ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation rate ses debuts, surtout s’il ne rectifie pas le tir.

Certains observateurs, nostalgiques, en viennent même à regretter le passage de Raymond Zephirin Mboulou à la tête de ce département.

Alphonse Ndongo, journaliste économique et financier