JJBouya , ministre voleur au Congo et Kadhafi (trafiquant de carburant ) à Bangui

0
669




Pillard sans cœur de l’argent du Congo avec son machin des Grands travaux, le ministre Jean Jacques Bouya qui est trop gros physiquement, rêve aussi de devenir davantage riche. Il s’est lancé aussi dans la vente du carburant en république centrale dont il est le principal trafiquant à partir du Congo. On comprend mieux pourquoi Brazzaville subit des pénuries de carburant.




L’accident d’un bateau appartenant au ministre Jean Jacques Bouya sur le fleuve Congo, ayant causé la mort de 7 passagers a étalé au grand jour un trafic silencieux et illégal de carburant et ciment entre le Congo et la RCA. Une quantité incalculable de ciment produit au Congo a été découverte dans ce bateau pour être écoulée sur le marché banguissois.




Malgré tous les milliards qu’il garde dans les paradis fiscaux, des cachettes dans la Cuvette et ceux qu’il continue de voler, Jean Jacques Bouya s’active aussi dans le même commerce que les petits trafiquants. Le carburant dont il se procure gratuitement à Pointe-Noire est revendu dans les rues des villes centrafricaines par ceux qu’on appelle communément les Kadhafis.




Nombreux sont des témoignages qui confirment qu’au moment Brazzaville connaît des pénuries, des tanks de Bouya, remplis de carburant sont drainés sur le fleuve Congo à destination de Bangui. Un business florissant dont Bouya a obtenu le quitus du chef de l’État comme unique Kadhafi.

Il n’est pas anodin au Congo de voir des ministres et ceux qui se disent riches se bousculer dans le petite commerce avec le bas peuple. Ces gens-là sont à court d’idées et n’investissent que dans la bêtise.




Pour avoir concédé des autorisations d’installation à des sociétés opérant dans le secteur du Ciment, des membres du clan de l’Alima, reçoivent chacun une quantité gratuitement de cette denrée. Il se dit que Bouya exporterait sa part vers Bangui où il est devenu le principal importateur avec son associé Centrafricain qui lui sert de prête-nom.