Bunkerisé désormais à Edou, Sassou Nguesso vit dans la peur d’un assassinat

0
2328

Craignant désormais un assassinat venant de son clan, le président de la république, Denis Sassou Nguesso a opté pour établir sa résidence permanente dans son village d’Edou au nord du Congo dans le département de la Cuvette. Il s’y sentirait plus en sécurité qu’à Brazzaville où les bruits de bottes persistent dans son entourage. A Edou au moins, il est facile pour sa sécurité de tout filtrer.

Les proches du chef de l’État témoignent que ce dernier vit désormais dans la peur d’un assassinat par les siens et tout ce qu’on voit n’est qu’apparence. De plus en plus circule la rumeur dans le clan d’une neutralisation de Denis Sassou Nguesso avant que la situation ne s’empire.

La question de l’avenir des Mbochis a refait surface et la solution idoine est un coup d’État de palais pour empêcher que Kiki Sassou ne vienne enfoncer le clou. Les cas du général Norbert Dabira, Jean Marie Michel Mokoko et d’Okombi Salissa ayant inspiré, le décès de Sassou Nguesso s’avère être l’unique option.

Une lutte acharnée de succession oppose différents camps du clan Sassou ayant décidé d’en découdre sans se faire des cadeaux. Le mal est que Denis Sassou Nguesso ne sait plus d’où viendrait le danger vu que la suspicion pèse sur tout le monde.

Est-ce le karma de l’assassinat de Marien Ngouabi ? Pour prévenir à toute éventualité, le chef de l’État se bunkerise désormais à Edou, très loin des ambitieux de son clan. « Il sait que le pouvoir se prend à Brazzaville, mais pense plus à sa vie » confie un membre de sa sécurité.