Les enseignants volontaires réclament leur intégration

0
665





À l’orée de la rentrée scolaire prévue pour le 12 octobre, les enseignants volontaires réunis au sein de la Coordination des diplômés des écoles professionnelles de l’enseignement (CDEPE) ont, le 17 septembre 2020 à Brazzaville, exprimé leur ras-le- bol par un concert des casseroles devant le ministère de Finances et du budget. Leurs revendications s’articulent autours de la publication des textes d’intégration à la Fonction publique et le paiement des indemnités de prestation.  




« Depuis que nous exerçons en tant que volontaires, nous bénéficions d’une bourse qui est demeurée impayée.  Jusqu’à ce jour nous cumulons six (6) mois d’arriérés. Nous réclamons pacifiquement nos droits, parce que nous avons exercées durant l’année académique 2019-2020. À l’instar de la bourse, il y a le problème du quota de 1225 dossiers qui avaient été publiés et qui devraient être transmis à la fonction publique pour l’intégration. Cette promesse est restée sans accomplissement, nous attendons toujours la suite de ces dossiers », a affirmé Bruno Madila, un membre du collectif.
« Cette manifestation a donc pour but de débloquer notre situation de l’intégration, et des arriérés », a poursuivi Bruno Madila.

Au total, ils sont 4160 enseignants volontaires sortis des écoles professionnelles d’enseignement. Pour eux, si le gouvernement ne prend pas en main leur engagement, ils menacent ne pas reprendre le chemin de l’école prévu le 12 octobre 2020.

Avec Vox.cg