Tchimbamba : des voleurs frappent leur victime qu’ils reprochent d’être trop pauvre

0
1888




Ces deux voleurs avaient confiance en leur planification et prévoyaient sortir de la maison de leur victime avec un bon butin. Malheureusement, il n’en a pas été le cas et dans leur colère, ils ont frappé considérablement la victime pour être trop pauvre. « On ne peut pas te faire du mal parce que tu es de la même ethnie que nous, donc toute cette belle maison, tu n’as rien ! Impressionniste ! » a exclamé l’un des voleurs.




Au quartier Tchimbamba de Pointe-Noire, un citoyen a écopé d’une bonne bastonnade de la part de ses voleurs pour être trop pauvre. Les voleurs n’ont rien trouvé rien de bon à voler et le lui ont fait payer par la bastonnade. Gervais T, âgé de 35 ans et au chômage technique depuis des mois a été aussi abandonné par son épouse et vivait seul. Mais, les voleurs ignoraient tout cela et avaient planifié leur forfait à son domicile.

Dans la nuit de vendredi à samedi, les deux voleurs se sont introduits discrètement dans sa parcelle et défoncer une fenêtre de la maison. Une fois à l’intérieur, ils ont été surpris de constater que la maison était vide. La victime dormait sur un matelas à même le sol.




Quelques mois plus tôt, Gervais T, employé dans une société pétrolière de la place s’était vu retrouvé au chômage à cause de la pandémie du coronavirus. Ayant épousé dans sa gloire, une femme matérialiste contre la volonté de sa famille, il a été abandonné par cette dernière qui a aussi vidé la maison.




Les deux voleurs ignoraient cet aspect de la vie de leur victime. Déçus d’avoir fait une mauvaise opération, les voleurs se sont néanmoins acharnés sur Gervais T pour selon eux booster son moral afin qu’il trouve vite un nouveau travail. Après avoir frappé leur victime, ils sont passés toute fois une bonne heure de causerie avant de s’en aller bras ballants.