Soutien de Soro, Sassou Nguesso réclame ses 100 milliards à Alassane Ouattara

0
2781




Les 100 milliards prêtés par Denis Sassou Nguesso en 2013 à Alassane Ouattara ,restent jusqu’à ce impayés . Ayant des doutes sur l’issue de la crise dans laquelle s’achemine lentement mais sûrement la Côte d’Ivoire, le chef de l’État Congolais exerce des pressions sur son homologue Ivoirien pour obtenir le remboursement. Jugé proche de Guillaume Soro, Sassou Nguesso, n’apprécierait pas le traitement que Ouattara lui afflige et en privé, Zokou est traité de vieux ingrat.




En novembre 2013, alors que le Congo vivait un boom pétrolier,la Côte d’Ivoire qui traversait une situation financière délicate a bénéficier de ce pays frère d’Afrique Centrale d’un prêt de 100 milliards de cfa ( 152 millions d’Euros ). L’accord de ce prêt,négocié lors de la visite officielle de Dramane Ouattara au Congo en juillet 2013 avait reçu l’aval du FMI.




« Michel Lazare a donné son feu vert. Début octobre 2013, le chef de mission du Fonds monétaire international (FMI) et son collègue Louis Dicks-Mireaux, spécialiste de la dette, ont accepté que l’État congolais débourse le financement de 100 milliards de F CFA (152 millions d’euros) accordé à la Côte d’Ivoire. Le président Alassane Ouattara avait obtenu ce prêt durant sa visite officielle à Brazzavile, en juin 2013. Il doit servir à soulager les finances publiques et à rembourser les arriérés de paiement liés à la dette intérieure. » écrivait le média pro Sassou jeuneafrique.

Denis Sassou Nguesso, à ce moment se comportait en distributeur automatique des pays africains en proie à des difficultés dans sa vision à court terme de la politique économique. Le Congo en paie les frais actuellement. En surliquidité, Sassou prêtait 100 milliards de cfa à la Côte d’Ivoire, 50 au Niger, et 75 à la Guinée Conakry. Il est en cessation de paiement aujourd’hui et se fait malmener par le FMI.




Avec les caisses de l’État vides, Sassou Nguesso réclame son argent 7 ans après, alors les délais de remboursement à un bon taux était sur une échéance de 4 ans. Ouattara a su le dribbler Sassou jusqu’à ce qu’il pousse Guillaume Soro à l’exil.

Guillaume Soro, a toujours été un protégé de Denis Sassou Nguesso, qui le voyait déjà à la tête de la Cote d’Ivoire. Plusieurs indiscrétions affirment que Dramane Ouattara, en personne aurait rassuré Sassou Nguesso que ce dernier était bel et bien son unique successeur.Brazzaville ne digère par ce volt face du président Ivoirien, et surtout le procédé.




Michel Lazare de la banque Lazare de Paris qui a avait donné son aval pour ce prêt en sa qualité du chef de mission du FMI s’est joint aussi à Sassou en demandant à Ouattara de respecter sa parole en payant cette dette, bien que des rumeurs racontent que l’Ivoirien est un mauvais payeur.