Pourquoi Oyo interdit aux profiteurs sudistes de leur pourvoir de moderniser leurs villages?

0
1182

Pour maquiller leur tribalisme de bas étage, le pouvoir Mbochis a permis à certains citoyens du Sud de rejoindre la mangeoire sous conditions. Il est interdit à tout sudiste qui profite de l’argent des Mbochis d’opérer des changements significatifs dans son village et son département. C’est ainsi qu’on peut facilement remarquer le mauvais états des routes qui mènent vers les villages de tous les ministres sudistes et d’autres cadres tandis que dans la Cuvette, eux-mêmes ont facilité les connexions entre villages.

Nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi par exemple Isidore Mvouba, un cacique du pouvoir n’a jamais bitumé la route qui mène à Kindamba ? Pourquoi il est difficile de se rendre à Mindouli alors que Adelaide Mougani est l’amie intime de Mère Antou et a été ministre pendant deux décennies ? Les mêmes interrogations sont valables pour les villages de Pierre Mabiala, Emile Ouosso, Rigobert Maboundou, Lydia Mikolo etc

En réalité, les Mbochis autorisent tout à leurs laquais sudistes sauf dans la construction des infrastructures de base dans leurs localités d’origine. Il leur est exigé d’attendre la bonne volonté du pouvoir pour cela.

Émile Ouosso par exemple qui a géré le ministère de l’équipement routier a été incapable de bitumer la route qui mène dans son village de Komono. Jean Marc Thystère Tchicaya est incapable d’en faire autant avec l’avenue qui porte le nom de son propre père grâce à qui il est ministre. Tout contrevenant est évincé du gouvernement et du système.