P/Noire: des jeunes en colère vandalisent 8 bus mal à l’aise

0
989





Des personnes non encore identifiées ont saccagé le 1er décembre huit bus de la Société de transport  public urbain (STPU), dits “Mal à l’aise”, suite à un accident survenu la veille au marché Thystère, à Vindouli. Cet incident a fait trois passagers blessés. En signe de protestation, les agents ont observé le 1er décembre, une journée sans bus.




« Nous sommes tout de même écœurés de constater ce triste sort. Dans la nuit du 30 novembre, à 21 heures, un de nos bus a renversé un citoyen aux abords de la RN1 en allant vers le rond-point Thystère. Ce qui nous a étonnés, c’est la réaction des riverains qui se sont pris aux bus en les lapidant. Ces actes ont également fait trois passagers blessés que la société a pris en charge à l’hôpital. Voilà pourquoi en ce jour 1er décembre, nous avons décrété une journée sans bus à Pointe-Noire en signe de protestation pour garantir la sécurité de nos agents. Suite à ces actes de vandalisme et à l’insécurité dont sont victimes nos agents, nous sollicitons des pouvoirs publics, de nous accompagner pendant les heures du travail car, c’est un énième acte que la société vit », a dit un responsable qui requiert son anonymat.

Ces comportements irresponsables n’honorent pas notre pays. Les bus de la STPU fait en quelque sorte du service social par rapport aux bus privés qui ne cessent de briller par des demi-terrains. Dans la même optique, les agents de la STPU sollicitent des autorités municipales de déplacer le marché Thystère qui rétrécit la voie à ce niveau.




La ville étant paralysée, certains ponténégrins ont condamné ces actes de vandalisme.

« C’est triste de voir ce genre d’évènement en ce 21e  siècle. Ces bus nous aident tous. Ils nous facilitent le déplacement à moindre coût. Nous devons apprendre à respecter les biens de l’Etat. Ces bus circulent pour le bien de tous et non d’un individu. Je souhaite que la police fasse son travail afin les responsables de ces actes soient sévèrement punis », a précisé Ludovic Nsayi.

Ces derniers temps, les scènes de violences et autres sont décriées dans le pays. Cette recrudescence de la violence devrait attirer l’attention des autorités.