P/Noire : un policier Vili frappe un chauffeur impoli qui lui a dit en Lingala: « Tu connais pas à qui tu parles? »

0
2422

C’est devenu une habitude au Congo, des personnes s’adonnent au trafic d’influence et veulent se soustraire à la loi. Un policier qui régulait le trafic vers la foire s’est vu obliger d’en venir aux mains avec un jeune chauffeur en infraction qui a voulu mettre en avant ses relations dans le pouvoir. En écoutant la phrase : « Tu ne sais pas à qui tu as affaire ! », le policier a extrait le chauffeur du véhicule et s’est mis à le bastonner tout en prononçant des paroles en langue Vili.

Narguer les agents de la police routière qui régule le trafic est devenu l’habitude de quelques chauffards dans les grandes villes du Pays. Des personnes qui circulent sans aucun document du véhicule tentent chaque fois de faire prévaloir leurs relations pour bénéficier d’un Laisser-passer.

Face à ce jeune chauffard qui roulait dans un véhicule 4×4 et qui ne détenait aucun document , ni permis de conduire sur lui, le policier lui a demandé de remettre les clés pour la mise en fourrière du véhicule. Au lieu de se rabaisser afin de bénéficier de l’indulgence du policier, le jeune chauffeur a opté pour un comportement hautain.

Après avoir fait savoir au policier qu’il était parent d’une haute autorité, ce dernier est resté sur ses convictions et la loi en faisant savoir au fautif que la voie publique n’appartenait pas à son parent, mais à l’État dont lui le policier est serviteur.

Dans les échanges qui devenaient de plus en plus déplacés, le policier a jugé bon d’extraire de force le chauffeur du véhicule avant de l’asséner des coups de point et coups de tête. Le chauffeur impoli qui s’adressait au policier en lingala aurait selon ce dernier commis l’erreur de lâcher : «  Même vous les Vili, osez emmerder les Mbochis ! ». C’est la phrase qui a fait perdre le contrôle au policier.

Tabassé comme un bébé, le chauffeur saignait et le policier lui a demandé d’aller en parler à son parent autorité.