Oyo : 600 employés fictifs à la présidence qui coûte 300 millions cfa chaque mois au Trésor

0
1670

Au ministère des finances, le traitement mensuel évalué à 300 millions cfa que perçoivent 600 employés présentés comme détachés à la résidence présidentielle pourtant privée de Denis Sassou Nguesso à Oyo fait grincer les dents. Le ministre Rigobert Andely qui sait être en face d’une arnaque à grande échelle veut en mettre fin.

L’objectif du ministre Andely est d’abord de savoir dans les poches de qui vont ces 300 millions chaque mois. Techniquement et physiquement il n’y a pas de 600 employés au domaine présidentiel d’Oyo.

Dans les coulisses du ministère des finances, on parle d’une grande mafia dont les principales têtes seraient les enfants du chef de l’État. Ces 300 millions cfa que le Trésor décaisse chaque mois servent en réalité à subvenir aux besoins de tous les petits-fils, cousins et neveux de Denis Sassou Nguesso.

Dans un entretien qu’il aurait eu avec le chef de l’État, Rigobert Andely a émis son vœu de mettre fin à cette gabegie financière qui va à l’encontre des recommandations du FMI. Le clan de l’Alima a fait du Trésor Public sa principale source de financement, incapable de vivre sans voler.

Se basant sur un rapport de l’inspection générale de l’État ( IGE ) datant de 2019 qui a révélé la présence de quelques 6250 agents fictifs au domaine présidentiel national, le ministre Rigobert Andely tient enfin à boucler ce dossier qui bloque aussi un accord avec le FMI.

Sommé de nettoyer ce fichier des fictifs, Edgard Nguesso a fermé les yeux encouragé par son oncle.Après la signature de l’accord avec le FMI, Denis Sassou Nguesso veut bien paraître dans un semblant de bonne gouvernance. L’ordre a été intimé à ses enfants de réduire leur train de vie et de moins voler le Congo.

Une mission discrète du ministère des finances à Oyo n’a fait état que de quelques 15 employés au compte privé du chef de l’État. « D’où viendraient alors ces 600 employés si ce n’est une magouille » s’interroge un cadre du dit ministère. Cet argent pouvait bien servir à financer des projets d’ordre social qu’à enrichir davantage le clan Sassou.