Maroc : près de 300 ressortissants du Pool attendent une opportunité pour rejoindre l’Europe.

0
1931




Si certains ont désisté et regagné le Congo, près de 300 migrants originaires de du département du Pool espèrent pouvoir traverser un jour la méditerranée et réaliser le rêve européen. Parmi eux, un ancien grand Ninja qui affirme ne pas trop rêver l’occident bien que la situation actuelle au Maroc pourrait lui faire changer d’opinion.

C’est dans la ville de Mohamedia à quelques 40 km de Casablanca qu’on retrouve une forte communauté Congolaise.L B, un ancien Ninja affirme que cette ville est beaucoup appréciée par les Congolais pour la moins cherté des loyers. « Mais avec l’avalanche des noirs, étudiants comme migrants, les logeurs marocains font du chantage et les prix ont considérablement augmenté ».




Originaire du Pool, l’ancien Ninja affirme avoir passé les 14 dernières années de sa vie au Maroc. «  C’est à Rabat que je vivais avant de venir ici à Mohamedia » balance-t-il arborant un sourire. La survie des Congolais se résumaient avant aux petits business autour des voyages en Europe ( Cheking) ou encore à la fraude par la carte bancaire.

Mais depuis un moment tout s’est écroulé et les gens ne savent plus quoi faire. Actuellement, on retrouve des Congolais comme maçons dans les chantiers avec des salaires entre 1000(100 euros) ou 2000 dirhams par mois. Aussi, avant que les Sénégalais ne bénéficient d’une priorité, les Congolais se faisaient embaucher facilement dans les centres d’appels.




L’ancien Ninja nous a confié que certains Congolais se sont lancés dans le vol dans les magasins et braquage dans les maisons d’autres africains et même marocains.

Les trois ressortissants du Grand Niari croisés à Mohamedia affirment être à leur deuxième année au Maroc. Deux d’entre elles attendent le feu vert de leurs époux en France et le troisième a tenté en vain deux fois de rejoindre l’Espagne.




«  A ce jour, on compte près de 300 Laris ici au Maroc » confirme l’ancien Ninja, repartis entre Rabat, Casablanca, Ain Sebba et Mohamedia.