Le gendarme soi-disant fou ayant tiré sur un avion d’Air France affecté à Gamboma

0
1489




Présenté comme une personne souffrant des troubles mentaux, le gendarme ayant tiré sur un Airbus d’Air France à l’aéroport de Pointe-Noire, serait aux dernières nouvelles, détaché à Gamboma. Jusqu’à ce jour, aucune explication valable n’a jamais été donnée sur les motivations réelles de son acte, posé en pleine pandémie du Coronavirus.




Dans la nuit de samedi 11 avril 2020 aux alentours de 23h, un avion de la compagnie Air France parqué sur le tarmac de l’aéroport de Pointe-Noire a essuyé des tirs d’un gendarme. Ce gendarme avoue avoir agi en pleine conscience pour faire respecter la fermeture des frontières aériennes et terrestres décrétée par le gouvernement.

Pour lui, les citoyens français au Congo ont eu assez de temps pour sortir du territoire, rappelons que le dernier vol commercial d’Air France a atterri au Congo le 18 mars dernier, bien après la déclaration de la fermeture des frontières. Le Congo n’est pas un pays touristique pouvant avoir sur son sol actuellement autant des citoyens français en errance.




Par ailleurs, une autre rumeur faisait état de l’évacuation massive des familles d’hommes politiques congolaises qui auraient choisi de se réfugier en Europe afin de bénéficier des conditions sanitaires meilleures en cas de contamination au Covid-19.




« Des indiscrétions du personnel naviguant et autour d’un membre du clan a confirmé que ce vol visait à évacuer les enfants, femmes et maîtresses des dirigeants congolais qui ont la double nationalité (France, Italie, Belgique etc.). Le haut responsable a avoué que l’épidémie était quasiment hors de contrôle et que le pays n’a aucun équipement pour faire face. Il était donc question nuitamment d’évacuer les membres des familles dirigeantes. Les gendarmes dans un sursaut républicain ont tiré sur l’avion en disant : Nous allons mourir ensemble cette fois ci !Il s’agit donc d’un sabotage volontaire d’un avion français sur le sol congolais. » peut-on entendre dans la ville.




Avec son affectation à Gamboma, pour lui qui serait censé être fou ne serait-elle pas un aveu des complicités dans le pouvoir ?