Insolite : Clément Mouamba signe une note de service sans date ni numéro

0
2340




La rumeur raconte que sous Sassou I, le colonel Emmanuel Elenga, alors chef d’État major des forces armées avait signé sa propre démission piégée par le chef de l’État.Dit-on, il ne lisait jamais ce qu’il signait et on l’avait mis à l’épreuve. C’est ce qui semble se reproduire avec le septuagénaire premier ministre Clément Mouamba dont les notes se retrouvent facilement sur les réseaux sociaux. Sur la dernière, on peut remarquer l’absence du numéro du décret et de la date. Il a quand-même signé.

Quand tout un premier ministre du gouvernement de guerre dort au combat, que peut attendre le peuple ? Plusieurs fois, Clément Mouamba, qui n’est revenu aux affaires que pour se faire des poches suite à sa longue période de galère, a été photographié somnolant lors des cérémonies officielles. Le poids l’âge.




Au Congo, les vieux Ewawa n’aiment pas la retraite bloquant ainsi la voie à la nouvelle génération. Même un simple directeur d’une école primaire consulte les féticheurs pour ne pas être remplacé un jour.

Clément Mouamba a repris le sourire et la joie de vivre depuis sa nomination à la primature. La galère allait déjà le tuer.




Une note de service signée par lui rappelant les passations de service entre les nouveaux nommés manque de date et de numéro. A-t-il des conseillers sérieux autour de lui ? Très étonnant que lui, un ressortissant de la Lekoumou se comporte comme un simple Yaka Noki Noki Mbochis ! A force de côtoyer des fumeurs de chanvre, on le devient aussi.