En séjour à Brazzaville le franc-maçon Georges Sérignac fustige les pratiques et sacrifices humains de la Grande Loge du Congo

Le sérénissime grand maître du grand orient de France (GOF), Georges Sérignac est en séjour de travail à Brazzaville. Ce responsable franc-maçon a donné une conférence publique sur la franc-maçonnerie, ce 10 mai dans un hôtel de luxe de la capitale au profit des frères francs-maçons membres de la Grande loge du Congo Brazzaville et de quelques profanes.

L’exposé et le jeu de question-réponse qui s’en est suivi ont été axés sur ce qu’est la franc-maçonnerie en général et la franc-maçonnerie en Afrique en particulier. Il a aussi été question de la problématique maçonnique au Congo. A ce moment d’échanges où frères maçons et profanes réticents au départ ont fini par prendre le courage de chercher à en savoir davantage, le grand maître a signifié la franc-maçonnerie n’est ni un parti, ni un mouvement politique. Elle n’est non plus un syndicat, encore moins une secte, parce qu’il est très facile de quitter la franc maçonnerie, contrairement à la secte.



La franc-maçonnerie, dit-il « est un entremêlement d’éléments différents qui produit paradoxalement quelque-chose d’intéressant. Elle est un ordre initiatique. On commence sans rien n’y connaître et peu à peu on s’élève dans la connaissance et on progresse. C’est aussi un lieu de sociabilité, un laboratoire d’idées, un lieu de convivialité, d’amitié et de rencontres. Chaque réunion comprend les travaux et les agapes. Elle est aussi un lieu de solidarité et d’entraide, un lieu d’engagement dans la cité ».

Evoquant la franc maçonnerie en Afrique, donc au Congo, il s’est dit ébloui et impressionné par la parenté dans la démarche initiatique africaine et la difficulté d’être franc maçon ; à cause des mauvaises pratiques introduites, des mensonges et des caricatures qu’on colle à la franc-maçonnerie. « En Afrique noire il est difficile d’être francs-maçons. Difficulté à vivre parce qu’il y a des fantasmes, la sorcellerie, des mythe répandus contre la franc-maçonnerie ; qui est une simple réunion des gens respectueux, une belle tranche d’humanité qui se réunie ».

Face aux frères et profanes qui l’ont inondé des questions par rapport à la réalité congolaise, l’orateur s’est interrogé « comment comprendre tous ces fantasmes. Les adversaires ont utilisé les erreurs des membres pour la noircir et la calomnier. L’idée est d’éclairer chacun et d’éclairer le monde. Pourquoi les francs-maçons subissent-ils l’opprobre ».

A propos du grand orient de France, le sérénissime grand maître Georges Sérignac a indiqué qu’il compte 1372 loges. Et c’est la plus grande obédience du point de vue numérique. « Le grand orient est une puissance maçonnique régulière…Il compte 53 000 membres et personne ne s’enrichit au grand orient de France. Il n’y a que des bénévoles ».