Déçus, 68 jeunes Congolais quittent la Grande Loge du Congo des Grands Maîtres Sassou et Okemba

Ils sont 68, tous, n’ayant pas encore atteints la trentaine, déçus des conditions imposées par les Grands Maîtres pour bénéficier des avantages socioprofessionnels, ils ont décidé de quitter en bloc la Grande Loge du Congo, obédience maçonnique dont le Grand Maître n’est entre autre que Denis Sassou Nguesso, chef de l’État actuel du Congo. C’est son neveu Jean Dominique Okemba qui en assure la gestion quotidienne et y a aussi introduit la sorcellerie. Ces jeunes reprochent en autre à la Loge l’obligation des sacrifices humains et corporels.

Tout n’est pas rose dans la franc-maçonnerie comme l’aiment bien le faire avaler aux prétentieux ses membres. Si en Europe, cette obédience tire vers l’avant dans l’entraide et des valeurs humaines, au Congo, deux Mbochis villageois ( Sassou et Okemba) l’ont transformé en une secte des sorciers de la république. La Grande Loge du Congo est devenue la principale incarnation du mal Congolais.

Peu importe votre intelligence et professionnalisme, toute promotion est assujettie à son appartenance à cette mouvance. C’est ainsi que le Congo assiste à la promotion des idiots et voleurs qui nuisent à la république. Ils sont juste francs-maçons.

68 de ces jeunes qui rêvaient voir leurs vies aller de l’avant après leur adhésion à la Grande Loge du Congo, ont fini par claquer la porte, excédés par des propositions indécentes de la hiérarchie.

Jean Bedel Ognami, à ses 26 ans d’âge et détenteur d’un licence en gestion des entreprises maudit le jour où un ami lui a entraîné dans cette bêtise maçonnique. Moins instruis que lui pourtant, son ami menait une vie de rêve avec un véhicule Range Rover et une villa à Massengo, alors que lui louait quelque part au Plateau de 15 ans. C’est sous la promesse d’une promotion professionnelle de haute facture qu’il a consenti de faire partie de la Grande Loge du Congo.

Mais les conditions et propositions indécentes ont précipité son départ en catastrophe avec les 67 autres jeunes. Tous affirment la même chose et regrettent leur passage dans cette obédience. Prusnel Ntalansi, un autre jeune de 28 ans, se souvient encore du jour où on lui a demandé de livrer ses fesses s’il aspirait à devenir multimillionnaire. Son refus catégorique lui a valu des blâmes et mises en garde.

Quant à Jordely Ata, il fustige ce comportement de la Grande Loge du Congo a demandé aux membres des sacrifices humains comme si la vie humaine ne valait rien. Il a refusé de livrer son fils de 12 ans et a claqué la porte.