Congo-Économie: Le taux de croissance s’établirait à -7,3% en fin d’année

0
1485





 Le Congo connaîtrait un taux de croissance de -7,3% en 2020, a fait savoir le 9 avril à Brazzaville, le ministre de l’Economie et de l’industrie, M. Gilbert Ondongo, au cours d’une séance de questions d’actualité à l’Assemblée nationale.

« A partir du moment où nous avons décidé du confinement, nous avons décidé de la crise économique. Qui dit confinement, dit arrêter l’essentiel de la production, fermer la demande et la consommation et cela se traduirait par une récession. Le niveau des activités baisse déjà et la baisse sera nettement prononcée à la fin de l’année », a-t-il insisté.




Selon M. Ondongo, lorsqu’une production est totalement arrêtée, avec un baril de pétrole, principale source de recettes, qui se négocie à moins de 30 dollars, il est vrai semblable que la récession soit forte. « De notre point de vue, elle serait peut-être de -10 ou -15%, telle est la situation économique », a-t-il ajouté.

 Conscient que le confinement va entraîner des répercussions au niveau des entreprises, du secteur informel et sur les populations particulièrement vulnérables, le gouvernement récolte des données qui lui permettront de définir son apport pour faire face aux problèmes et demandes des entreprises en difficultés et aider les actifs du secteur informel.

Pour avoir toutes les informations nécessaires, le gouvernement travaille avec les syndicats patronaux pour avoir des éléments chiffrés par secteur pour s’enquérir de la situation. Et, avec le ministère des affaires sociales et de l’action humanitaire pour avoir des statistiques en ce qui concerne les populations vulnérables.




Aussi, il collabore avec le ministère des petites et moyennes entreprises et du secteur informel, pour des informations précises sur le niveau d’activités de ce secteur avant la crise. Parce que le ministère en charge tient la cartographie du secteur informel.

Pour M. Ondongo, cette liste sera un peu allongée, car le gouvernement suppose qu’une catégorie de la population moyenne est passée à la précarité.  « A partir de la semaine prochaine, le comité de task force va travailler sur ses préoccupations », a-t-il annoncé à cette occasion.




Pour sa part, la ministre des affaires sociales et de l’action humanitaire, Mme Antoinette Dinga-Dzondo, a informé les députés que son ministère a obtenu 200 millions de FCFA du côté de l’Agence française de développement (Afd) et de la Banque mondiale, ainsi que 4 milliards de FCFA pour le compte de Lisungui dont les procédures doivent être respectées.
Le ministère a aussi obtenu de l’Afd, pour le compte du projet ‘‘Téléma’’, la réaffectation de la ligne imprévue pour la mobilisation sociale.

(ACI/Marlyce Tchibinda Batchi)