Centre national de la drépanocytose : le budget 2021 arrêté à plus de 663 millions

Le centre national de référence de la drépanocytose « Antoinette-Sassou- N’Guesso » a adopté le 30 mars son budget exercice 2021 en recettes et en dépenses à la somme de 663 325 000 francs CFA, au cours de la 4e session ordinaire du comité de direction présidé par le Pr Jean Louis Nkoua.  

Ce budget est en baisse de 4% par rapport à celui de l’année dernière qui s’élevait à 694 700 000 francs CFA, explique le communiqué de presse lu par le directeur général du centre, le Pr Alexis Elira Dokekias. Une baisse, a-t-il souligné, due à la conjoncture actuelle marquée par la pandémie du coronavirus.   

Outre l’adoption du budget, l’ordre du jour de cette session a porté sur les points suivants : le procès-verbal de la 3e session, le rapport d’activités 2020, les comptes administratifs et de gestion 2020, le plan d’action et le budget 2021.

Alexis Elira Dokekias a souligné que le débat a été constructif et a permis aux membres du comité d’apporter les amendements au contenu des documents soumis avant son adoption.  

A propos des décisions prises, le directeur général du centre national de référence de la drépanocytose « Antoinette-Sassou- N’Guesso » a assuré que leur mission était de démystifier la drépanocytose,  de sensibiliser les populations à cette maladie, d’assurer la prévention et la prise en charge des patients.

Il a  également souligné l’importance du centre parce qu’autrefois les enfants drépanocytaires étaient victimes d’une discrimination dans les familles. Aujourd’hui, insiste-t-il, le centre a permis de ne plus enregistrer les cas de décès de ces patients.« Aujourd’hui au Congo, les femmes drépanocytaires dites totales accouchent normalement et sans problème. L’homme drépanocytaire le plus âgé à 76 ans et la femme la plus âgée 72 ans », a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, Alexis Elira Dokekias, a assuré que le vaccin contre les infections qui constituent la principale cause de mortalité chez ces patients est disponible au niveau du centre ainsi que de nouveaux médicaments efficaces pour lutter contre la drépanocytose.

Abordant la question des insuffisances du centre, Alexis Elira Dokekias a indiqué que le comité de direction a instruit les membres à plus d’amélioration.« Les objectifs du centre seront atteints grâce aux promesses des partenaires et la production des recettes du centre. Un seul centre pour tout le pays est insignifiant. Nous allons nous arranger avec le ministère de la Santé et de la Population pour qu’il y ait l’installation d’une unité de prise en charge et de dépistage dans tous les hôpitaux généraux des départements du pays », a-t-il dit.