Burotop Iris sensibilise contre le harcèlement sexuel en milieu professionnel

0
864




La directrice de la Fondation  Burotop Iris Diana Attye a  organisé le 18 juillet à Brazzaville, une séance de sensibilisation  placée sous le thème « Harcèlement sexuel au sein du travail ». Les travailleurs  hommes et femmes en service dans cette entreprise  qui  œuvre dans  la vente des fournitures de bureau et autres accessoires ont été édifiés par  les membres actifs de l’Association des femmes juristes du Congo (AFCJ) aux conséquences  de ce vice et aux solutions pour y faire face.



« Le harcèlement est une forme d’agression. Si vous vous sentez agressé,  oppressé, vous pouvez porter plainte pour violence et viole de paix. C’est l’article 311 du code pénal qui le réprime », a instruit le magistrat substitut du procureur, près le tribunal des grandes instances de Brazzaville, Lenda Sitou Milandou.

Membre de l’ AFJC, Lenda Sitou Milandou a expliqué que dans tous les cas en milieu administratif,  le harcèlement  sexuel  pouvait venir d’un supérieur  hiérarchique qu’il soit homme ou femme,  quand il ne l’était d’un collègue. Ce vice fonctionne entre homme et femme, entre hommes ou encore entre femme. «  Il n’y a pas de caractéristique type », a-t-elle fait savoir.

Le Congo ne disposant pas  de loi en Droit interne condamnant  le harcèlement sexuel, les femmes juristes s’emploient à la protection et la défense de la femme congolaise. « L’AFJC se bat pour avoir une loi sur le harcèlement sexuel » a fait savoir Lenda Sitou Milandou.  Cet  acte, a-t-elle ajouté, a des répercussions  sur l’entourage de la victime, tant en milieu professionnel  qu’en milieu familial.

Lenda Sitou Milandou a poursuivi qu’une femme confiante, autoritaire mais harcelée, développe en elle un travail psychologique qui lui fait perdre l’estime de soi. Elle devient dépressive et vit désormais dans la peur, dans l’anxiété Dénoncer, ne pas dénoncer, sont- là des  questions  qui hantent son quotidien menacé.



Pour sa part,  la co-équipière  Loubaki  a exposé sur les différentes formes de harcèlement que l’on retrouve  au sein de la société. Elle a évoqué entre autres, le harcèlement moral traduit par une violence verbale et le harcèlement physique  caractérisé par des attouchements. Cette forme d’agression  pousse la victime à se laisser toucher les parties intimes sans son consentement. Cette  forme d’harcèlement est fréquente  beaucoup observée  en milieu scolaire, a-t-elle ponctué

Les travailleurs ont été exhortés à dénoncer ces mauvaises pratiques pour ne pas nuire à leur carrière. Ce, partout ailleurs dans les entreprises. Faire  une déposition auprès des ressources humaines de votre milieu professionnel  pour arriver à une opinion un peu plus influente serait une manière de participer à ce combat.

Avec Vox