Zone économique de Pointe-Noire : le Congo et la Chine résolus à accélérer le processus de création

0
845




 

 

Les deux partenaires ont convenu, le 30 janvier à Brazzaville, de mettre les bouchées doubles pour améliorer le rythme de création de la zone économique spéciale (ZES) de la ville océane.

La partie congolaise ainsi que le Fonds de développement Chine-Afrique et la société China overseas infrastructure development and investment corporation limited (COIDIC) ont pris l’engagement lors d’une rencontre conjointe.

La délégation chinoise a été conduite par le président du conseil d’administration de COIDIC et vice-président dudit fonds, Zhou Chao. Le gouvernement congolais a été représenté par le ministre en charge des ZES, Gilbert Mokoki.

Les deux parties ont décidé: d’accélérer le processus d’expropriation de l’espace dédié à la première phase du projet, d’une superficie de 8,1km2 ; des études de la planification détaillée et de la faisabilité économique ; de la création de la société à capitaux mixtes qui se chargera de la gestion de la ZES ; de la rédaction et de négociation de la convention de développement de cette plateforme.



Au niveau de la planification industrielle, elles ont relevé la nécessité de prévoir des infrastructures capables de recevoir le pétrole brut importé et de l’acheminer à la raffinerie.

Concernant le gaz naturel, le réseau des champs à la station de réception dans la ZES sera mis en place par l’investisseur stratégique du projet. Le Congo propose la construction dans la ZES d’une centrale à gaz pour la production de l’électricité, l’organisation d’une formation de la main-d’œuvre locale avant le lancement officiel des travaux.

Dans le cadre de la deuxième phase du projet, la partie congolaise souhaite que soient réalisés l’analyse de la compétitivité, des liens avec le reste de l’économie nationale, le développement des télé-services et l’hypothèse d’exportation.

Au titre de la planification spatiale, les deux côtés ont notifié l’étude des besoins en électricité pendant la phase de démarrage, la réalisation d’une étude d’impact environnemental et social, ainsi que la planification du système de sécurisation des piétons et l’implantation d’une station de traitement des eaux usées.

La société COIDIC a demandé à la partie congolaise de prioriser la libération des terrains situés dans les 8,1km2 afin de favoriser le lancement officiel des travaux en janvier 2019.

Notons qu’avant de s’entretenir avec les autorités congolaises à Brazzaville, la délégation chinoise s’est rendue à Pointe-Noire où elle a visité le site dédié à la ZES et lancé les études de faisabilité du quai multifonctions et de la voie d’accès.