ZES de Pointe-Noire: le paiement des expropriés commence cette semaine

0
539




Le lancement officiel du processus des expropriations des hommes et femmes dont les propriétés ont été identifiées lors des enquêtes parcellaires a eu lieu le 21 septembre,  en présence de Gilbert Mokoki, ministre des Zones économiques spéciales, et Pierre Mabiala, ministre des Affaires foncières et du domaine public, chargé des relations avec le parlement.

Après l’opération des enquêtes parcellaires lancée il y a plus d’un an, qui a permis à la commission mise à cet effet de déterminer sur le terrain, de façon contradictoire, les parcelles à exproprier;  rechercher les propriétaires et d’évaluer les éléments de mise en valeur après le travail préliminaire fait en amont, les deux membres du gouvernement ont ainsi procédé à l’opération d’indemnisation juste et préalable des expropriés de la Zone économique spéciale (ZES) de Pointe-Noire.

Fruit du partenariat Congo- Chine, la création de cette ZES obéit à la politique gouvernementale de diversifier l’économie nationale mais aussi de réduire la pauvreté et d’améliorer le cadre de vie de la population. « La Zone économique spéciale de Pointe-Noire va se construire progressivement en trois phases : la phase de démarrage,  qui verra la construction d’un quai multifonctions dans le Port autonome, la construction d’une autoroute de 14 km en bordure de mer qui va relier le Port et la ZES. Seront aussi construites dans cette zone, une centrale électrique à gaz d’une puissance de 1100 mégawatts, une grande usine d’eau de très grande capacité qui va satisfaire les besoins et de la ZES et de la ville de Pointe-Noire. Aussi, il  va se développer des industries de transformation d’aluminium, de fabrication de ferro-alliages à partir du manganèse sans oublier les industries légères de production d’aliments et de boissons qui verront le jour tout comme l’industrie du bois qui y sera construite », a dit le ministre Gilbert Mokoki. Il a poursuivi que le développement de cette phase de démarrage durera quatre à cinq ans. Elle générera près de six mille emplois  avec un impact sur le produit intérieur brut de un milliard de dollars américains. Puis s’en suivront tour à tour la phase 1 et la phase 2.




L’opération d’expropriation va commencer avec ceux ayant des propriétés dans la zone démarrage . Les autres expropriés prendront le relais au fur et à mesure. « Les expropriés sont classés en trois catégories : les expropriés réguliers qui sont propriétaires de leur terrain et qui y ont érigé des bâtisses.  Puis, viennent  les expropriés de la catégorie des contentieux, c’est-à-dire ceux qui se disputent les mêmes propriétés à deux, trois ou plus. Ceux là ne pourront être payés qu’après épuisement du contentieux par les juridictions de la place. La troisième catégorie concerne  les expropriés ayant des propriétés mais dont les propriétaires n’on pas été identifiés sur le terrain. La commission les a enregistrés comme propriétaires inconnus. Ils ne percevront l’indemnisation qu’une fois identifiés ou s’ils délèguent des représentants munis d’une procuration »,  a  expliqué Pierre Mabiala. Il a renchéri  que le paiement ne se fera que par voie bancaire, famille par famille. Chaque exproprié est appelé à ouvrir un compte dans l’une des banques de la place pour se faire payer car le paiement par espèces est exclu. Les maraîchers jouissant du droit de superficie exerçant sur les terrains à exproprier seront également payés, selon des montants évalués par la commission. Pour cela, ils devront ouvrir un compte d’ensemble et percevoir le montant affecté à chacun.

Le ministre Pierre Mabiala a aussi indiqué que le paiement commence cette semaine avec les expropriés de la famille Tchignoka-Koufoli. La liste des expropriés et des familles sera affichée au siège des différentes mairies concernées.

Signalons que les objectifs visés par la création des ZES sont, entre autres, attirer les investissements directs étrangers; favoriser l’installation des industries privées de transformation de ressources naturelles que regorge le pays; assurer le transfert de technologies appropriées; créer les emplois.