Western Union et Moneygram livrent à la DGST des infos sur les transferts effectués par les opposants

0
2688




 

Les deux principales sociétés de transfert de fonds basées au Congo, fourniraient des informations à la DGST, sur les mouvements d’argent des congolais classés comme « opposants » par le régime de Brazzaville. Une base de données des personnes bénéficiaires est minutieusement scrutée par les flics périodiquement dans le seul but de la conversation du pouvoir.

Au Congo, la DGST aurait réussi à convaincre les deux principales sociétés de fonds, Western Union et Moneygram de leur transmettre le rapport de leurs transactions financières. Le but de cette manœuvre serait de cibler toutes les personnes au pays recevant de l’argent des opposants au régime, vivant hors du pays et aussi ceux à qui les opposants locaux envoient de l’argent à l’étranger.




La militarisation de la nouvelle république est l’une des causes direct de cette paranoïa qui frise le ridicule.Le pouvoir croirait ainsi contrôler les opposants dans le financement des groupuscules dormants locaux,capables de créer des troubles.

A Brazzaville, une personne de troisième âge aurait été interpellée suite aux nombreux transferts d’argent qu’elle recevrait de son neveu, installé en France et classé comme opposant dangereux.

Dans leurs ambitions démesurées de conservation du pouvoir, les sécurocrates d’Oyo se sont toujours arrangé à appauvrir ceux qui ne pensaient pas comme eux. En rendant tout le monde dépendant d’eux, ils peuvent les contrôler et s’assurer une tranquillité.




Les parents de ces supposés opposants sont indexés pour la simple raison d’avoir des membres qui pensent différemment et qui aspirent à un Congo juste et normal.