Voleur et suffisant, le Maire de Nkayi désavoué par 31 conseillers municipaux sur 45

0
2135




Suite aux dissensions liées à de nombreuses fautes récurrentes, dixit quelques élus qui nous ont contacté, le Maire de la Ville de Nkayi vient de perdre la confiance de sa majorité.




Réputé belliqueux et vaniteux, cet ancien Zoulou a réussi à infiltrer les rangs du PCT – Très vantard Président du comité d’arrondissement I qu’il dirige avec une main de fer.
Spécialiste de la terreur et de l’intrigue, la cinquantaine révolue, Gaston MAMPASSI est très connu pour ses dérapages comportementaux, ses frasques et ses coups de colère… Il a refusé d’intégrer la résidence officielle et préfère vivre chez lui en payant doublement les frais de sécurité au détriment du budget municipal.




En effet, depuis plusieurs années, les conseillers municipaux se plaignent du comportement outrageant et aventureux du Maire qui, dans l’exercice de ses fonctions, a commis de manquements en tenant publiquement, sans tenir compte des circonstances et de lieu, des propos outranciers en accusant les conseillers, en pleine session administrative de 2019, « d’avoir été élus pas erreur démocratique ».
De plus, dans le même registre, le 10 juin 2020, toujours sans tenir compte des circonstances de temps et de lieu, il a qualifié le refus des élus d’adopter en bloc le rapport de la commission qui a traité les comptes administratif et de gestion, ainsi que le budget, « d’hérésie ».




Par ailleurs, le maire a commis des négligences dans la gestion du budget communal et qui a, en outre, refusé de manière répétée de prendre en compte les diverses recommandations émises par le conseil et les instructions du Ministre de l’intérieur et de la décentralisation (cf. circulaire n°003/MID/CAD relative … et la circulaire n°002/MID/CAD relative
De plus, le maire a usé de ses fonctions pour falsifier et manipuler des informations financières et administratives aux fins de faire adopter le compte administratif et le compte de gestion qui, malgré ce grimage, laissent tout de même apparaître, non seulement l’insincérité et l’opacité des inscription, mais aussi et surtout un équilibre irréel…




Aussi, le Maire, dans son compte administratif, a effectué des opérations interdites et n’a pas pu justifier certaines dépenses…
En somme, Précisons que si les faits reprochés au maire sont d’une gravité extrême et, donc, doivent entraîner sa révocation. En attendant, la procédure voudrait qu’il soit d’abord suspendu de ses fonctions pour une durée n’excédant alors pas un mois et, parallèlement, la tutelle (le ministre) doit diligenter une enquête.