Vers un assouplissement de l’embargo sur les armes en RCA

0
352




Le Conseil de sécurité doit voter ce jeudi 31 janvier le renouvellement pour un an de l’embargo sur les armes en place en Centrafrique depuis 2013. Mais pour la première fois, Paris, qui a rédigé le texte, ouvre la voie à un assouplissement de cet embargo comme le réclamaient les autorités centrafricaines qui dénoncent une politique du « deux poids deux mesures ». Concrètement, le Conseil de sécurité s’engage à revoir les termes de l’embargo d’ici au 30 septembre si Bangui remplit un certain nombre de conditions.

Le texte qui devrait être adopté à l’unanimité reconnaît le besoin urgent des autorités centrafricaines à équiper et entrainer ses forces de sécurité dans un contexte où les groupes armés se renforcent et obtiennent des armes de contrebande. C’est fort de ce constat que le Conseil ouvre la voie à un assouplissement de l’embargo sur les armes à condition que Bangui respecte encore quelques exigences.

D’ici au 30 avril, le Conseil de sécurité transmettra aux autorités centrafricaines une feuille de route opérationnelle sur les mesures à prendre concernant la réforme du secteur de la sécurité, les programmes de désarmement des combattants armés et la gestion des armes et des munitions. Celles-ci feront l’objet d’une double évaluation fin juin par Bangui puis fin juillet par le secrétaire général de l’ONU.

Si les conditions sont réunies, le Conseil s’engage à étudier avant le 30 septembre une levée partielle de l’embargo. Paris s’attendait à une forte résistance des Russes et des Chinois. Mais la levée récente d’exemption sur les armes pour ces deux pays a semble-t-il aboli les dernières objections…

Avec RFI