Vers un accord pour l’amélioration des conditions des chercheurs

0
489




Les experts du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique se sont réunis le 22 janvier, en commission de négociations des accords d’établissement dans les structures de recherche.





Cette rencontre devrait permettre d’apporter des réponses aux soucis majeurs des agents, a expliqué le ministre en charge de la Recherche scientifique, Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou, lors du lancement des travaux de la commission.L’accord permettra d’avoir un cadre adéquat pour l’épanouissement et la promotion des travailleurs non fonctionnaires de l’Etat utilisés dans le sous-secteur de la recherche scientifique et de l’innovation. Le ministre Coussoud Mavoungou a déploré le désintéressement de la recherche au Congo.

« Les aspects incitatifs pour s’embarquer dans le domaine de la recherche dans notre pays ne sont pas légion et les conditions de développement du personnel dans le métier de chercheur non attrayantes éloignent malheureusement trop souvent de nos laboratoires, les filles et fils qui pourtant ont tout le mérite d’exceller dans cet environnement », a-t-il déclaré.




Dans d’autres pays, poursuit-il, la recherche apporte une contribution à la réalisation du développement économique. Le ministre de la Recherche scientique a invité les experts à réfléchir sur leur devenir commun.

Interrogé par les journalistes sur l’importance de cet accord d’établissement, le rapporteur de la commission, Ange Ghislain Nzassi Boulou a expliqué qu’il permettra d’améliorer les conditions de travail des agents du ministère de la Recherche scientifique. Il permettra aussi de réguler les questions liées aux conditions de travail des agents telles que les disparités de revenus et bien d’autres.

« D’après la loi, la grille salariale doit être égale à tous les niveaux. De même les indemnités pour tous ceux qui ont les mêmes diplômes, ajoutant que la politique permettra de susciter un engouement auprès des chercheurs,  gage d’un grand changement dans le domaine de la recherche », a-t-il dit.