Vacciné contre la Covid-19, un ministre Congolais souffre des «Madoungou»

0
3219

Il fallait montrer l’exemple et c’est le chef de l’État, Denis Sassou Nguesso accompagné de son épouse qui ont reçu le vaccin chinois SINOPHARM avant la cohorte des ministres le fassent aussi. On apprend que l’un de ses ministres dont ce média tait le nom souffre depuis d’un mal au niveau des testicules. Il a les «Madoungou» comme on l’appelle en Kituba.

Si en Europe, le vaccin Astrazeneca fait l’objet d’une polémique sur certains patients qui meurent des suites des effets secondaires, au Congo, le choix a été porté sur le Chinois SINOPHARM pour la simple raison que le pays asiatique le donne en forme de don.

Le jeudi 25 Mars dernier, Denis Sassou Nguesso, en début d’après-midi a reçu une première dose du vaccin chinois, lançant ainsi la campagne de vaccination. Dans la foulée, Clément Mouamba et plusieurs de ses ministres ont emboité le pas au chef de l’Etat.

Cette opération se déroule dans le cadre d’une vaste campagne de vaccination ciblée sur les agents de la force publique, des médias, le personnel soignant et le corps enseignant. Une riposte afin d’éviter d’alourdir les vas de décès au Covid, 136 au Congo.

Après avoir reçu cette première dose du vaccin chinois SINOPHARM, l’organisme de l’un des ministres a développé des effets secondaires. Ses testicules n’arrêtent de s’enfler au pointe de l’empêcher de se tenir debout et surtout de monter sur sa femme et ses petites, lui qui est un pervers sexuel. Au Congo, on appelle ce phénomène  » MADOUNGOU ». Le ministre est monde pagne