Une rencontre consacrée aux diasporas africaines organisée par Macron à l’Élysée

0
197




Emmanuel Macron reçoit ce jeudi 11 juillet à l’Élysée environ 350 représentants des diasporas africaines en France. Une rencontre organisée à l’occasion de la visite du président du Ghana, Nana Akufo-Addo, à Paris. Côte à côte, ils vont répondre aux questions de leurs invités lors d’un échange prévu pour durer deux heures. Objectif : donner une autre image des relations entre la France et l’Afrique.

 Briser les tabous et tourner la page de la Françafrique. Pour y parvenir, Emmanuel Macron a choisi de jouer la carte du parler vrai et de la proximité. Président nouvelle génération, il a tenté de marquer les esprits dès sa première visite en Afrique en prononçant un discours, qu’il voulait fondateur, à Ouagadougou mais aussi en se livrant à un exercice de questions-réponses assez inédit avec des étudiants à l’université de la ville. Une séquence très réussie de son point de vue qui lui a permis de mettre en scène sa vision des relations entre l’Hexagone et le Continent guidée par l’idée de donner la priorité à la société civile et à la jeunesse.

Le rendez-vous avec les représentants des diasporas à l’Élysée s’inscrit dans cette stratégie. « Le président de la République a souhaité qu’en France aussi, à l’attention des diasporas africaines, il puisse avoir la même présentation et entamer un dialogue avec les personnes issues de pays africains qui ont la double nationalité ou qui sont installées depuis longtemps en France, qui entretiennent des liens avec leurs pays d’origine et que cela permette d’aborder sans tabou toutes les difficultés qui existent, qui perdurent entre la France et les pays africains mais également toutes les opportunités dont eux-mêmes, à travers les parcours qu’ils ont eus, sont les grands témoins », explique Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement.




Emmanuel Macron va profiter de la présence de son homologue ghanéen pour dialoguer avec ceux qui peuvent être des relais en Afrique et en même temps en France. Car l’enjeu, c’est aussi pour le président de la République de véhiculer auprès des Français une autre image des relations franco-africaines trop souvent restreintes, selon l’Élysée, aux questions de migrations et de sécurité.

Emmanuel Macron a deux cibles mais toujours la même méthode, celle du dialogue direct. Celle qui lui a permis de sortir de la crise des gilets jaunes grâce au « grand débat ».


■ Témoignages

Dans la salle des fêtes du palais présidentiel sont attendues près de 400 personnes issues des diasporas africaines de France. L’objectif : évoquer la relation entre la France et l’Afrique via un « dialogue interactif avec le public ». Parmi les invités, quelques stars mais aussi des personnalités représentatives de « success story » franco-africaines. Moulaye Fanny, pâtissier ivoirien de 27 ans qui fait un carton sur Instagram, en fait partie. Le jeune homme salue la tenue de ce débat.

« C’est la première fois je pense que l’on donne la parole à cette diaspora africaine en France sur les projets qu’elle est en train de mener, sur la vision qu’elle a sur la société française de demain. C’est l’occasion pour toute cette diaspora de se rencontrer. Un sujet qui me tient à coeur sur la société française et que l’on devrait évoquer, c’est qu’elle manque cruellement de rôle modèle d’Africains. Je pense qu’il faudrait donner sa chance à tout le monde, que tous les talents puissent s’exprimer, que les personnes talentueuses aient l’exposition et la place qu’elles méritent parce qu’il y en a énormément de jeunes africains ingénieurs issus de grandes écoles, dans les écoles de pâtisserie, de cuisine, il y en a plein. je ne comprends pas pourquoi on ne voit pas tous ces gens-là s’exprimer à l’échelle nationale. »

L’objet du jour est de parler de positif, de voir comment on peut faire avancer, évoluer les choses, comment on peut nouer un partenariat, où les deux parties se regardent avec respect, avec des objectifs qui puissent être communs et qui puissent encourager cette jeunesse très volontaire sur le continent africain. (Hapsatou Sy, animatrice de télévision)

Source: RFI