Un mouvement citoyen dénonce la répression de ses manifestations

0
213




Le mouvement Lutte pour le changement (Lucha) a dénoncé mardi la répression et l’interpellation de ses membres au cours de manifestations organisées dans trois villes de la République démocratique du Congo.

« Nos camarades ont été tabassés par les forces de l’ordre aujourd’hui » à Butembo, Bukavu (est) et à Matadi (sud-ouest) au cours de manifestations pacifiques, a déclaré à l’AFP Bienvenu Matumo, un leader du mouvement.

Selon M. Matumo, « quatre militants ont été tabassés et arrêtés à Butembo » dans la province du Nord-Kivu. A Bukavu au Sud-Kivu, « plusieurs militants ont été tabassés, une camarade est actuellement admise aux soins intensifs à l’hôpital de Panzi », a-t-il détaillé. « Nous exigeons la libération sans condition de ceux qui sont encore aux arrêts ».

Dans ces deux villes, les activistes manifestaient devant le siège de la filiale congolaise d’Airtel, un opérateur téléphonique indien. Ils exigeaient « la réduction des coups de communication et un service de qualité », a expliqué M. Matumo.

A Matadi, capitale de la province du Kongo-central, quatre autres activistes de la Lucha ont été interpellé devant le siège de l’Assemblée provinciale alors qu’ils manifestaient avec d’autres militants (pro-démocratie et des partis politiques) qui réclamaient la destitution du gouverneur de cette province, Atou Matubuana, visé par une procédure judiciaire. Ils ont tous été relâchés, selon un correspondant de l’AFP.




« Nous dénonçons ce genre de pratique : on ne peut pas d’un côté clamer l’État de droit et de l’autre laisser les forces de l’ordre réprimer les manifestations pacifiques », a dit Bienvenu Matumo.

La police congolaise n’a pas réagi immédiatement à ces accusations.

Samedi, quelques 36 militants de Lucha avaient été arrêtés à Goma après des manifestations contre l’opérateur téléphonique Airtel. Lucha demande aussi à l’opérateur de géolocaliser les ravisseurs d’enfants, dans cette ville dont les habitants dénoncent régulièrement l’insécurité.

Mardi, le mouvement Lucha a annoncé à l’AFP avoir sollicité auprès des autorités de Kinshasa la tenue d’une réunion tripartite entre l’État congolais, les entreprises de téléphonie mobile et la Lucha pour discuter des revendications de ce groupe qui s’était déjà mobilisé au mois de mai.