Un militaire dérobe la batterie d’un véhicule à Dolisie

0
708




 

Voilà un militaire qui a de la suite dans les idées. Dimanche, des riverains surprennent vers 17 h 45, au quartier Baloumbou à Dolisie dans le Niari (sud), un militaire en train de s’affairer sous le capot d’une Toyata Hilux double cabines. Le jeune soldat de 2ème classe de l’armée congolaise était en train de déconnecter les fils de la batterie pour la voler.

Lorsqu’il a été coincé et encerclé par les jeunes du quartier en effervescence, il leur a expliqué, sans se démonter, qu’il comptait la revendre pour trouver un peu d’argent pour s’acheter un paquet de cigarettes.

Le soldat Hugues M. a été molesté et relaxé après l’intervention rapide du chef du quartier Baloumbou qui a jugé plausible que le linge sale soit laver en famille car les parents du militaire habitent tous le quartier depuis 1983.




L’acte n’est tout simplement pas rassurant. L’on a du mal à admettre qu’un militaire congolais, en ces moments difficiles où le pays se bat pour remettre l’ascenseur social en marche, commette pareil forfait. De quoi saper le moral de toute une institution.

On rappelle que ce n’est pas une grande première à Dolisie.

Dans la nuit du 08 au 09 novembre 2017, aux environs de 3 heures du matin, le caporal-chef Laire Cedric Ndengué a été arrêté par une patrouille des policiers de Dolisie. Il venait de commettre un vol d’un cochon dans un parc privé.

Les policiers qui ont réussi à mettre le grappin sur Laire Cedric Ndengué étaient surpris de constater qu’il s’agissait d’un militaire.

Le présumé voleur a été conduit au commissariat central de Police de Dolisie pour ouvrir une enquête approfondie afin de connaître les véritables motivations du maraudeur. Le cochon dérobé, bien ligoté, a été remis au propriétaire abasourdi.




En décembre dernier, le commissariat de police de Dolisie a été informé qu’un cambriolage a eu lieu à la résidence principale du vice maire de la capitale départementale du Niari. Deux patrouilles ont alors été dépêchées sur les lieux. A leur arrivée, les policiers ont interpellé Guy Tchikoma, caporal-chef du 245ème bataillon de Moulendé. Un autre caporal, Franck Mbé a pris la poudre d’escampette.

Source: les echos