UDR-Mwinda : Paul Dihoulou et Guy Romain Kinfoussia se disputent la présidence du parti

0
403




La formation politique traverse une crise grave de leadership, depuis la sixième session extraordinaire de son conseil national tenue le 8 septembre, à Brazzaville.

Guy Romain Kinfoussia, président déchu de  l’Union pour la démocratie et la République (UDR-Mwinda) au cours de la session du conseil national, a publié, le 18 septembre à Brazzaville, une déclaration à l’intention des militants de ce parti. Dans celle-ci, il a rappelé que le secrétaire général, Paul Dihoulou, a signé le 21 juillet dernier le Mémorandum de l’opposition politique congolaise sans en avoir reçu mandat de la hiérarchie.

En conséquence, a-t-il poursuivi, le 28 juillet, le bureau politique a requis auprès de la commission nationale d’évaluation et du contrôle du parti sa radiation ainsi que celle des autres membres se déclarant de son camp.

Par ailleurs, Guy Romain Kinfoussia a assuré ses militants de son engagement politique passé, présent et futur qui,  selon lui,  se résume en trois points, à savoir respecter et faire partager les principes édictés par le président-fondateur, André Ntsatouabantou Milongo, notamment le refus constant de toute compromission ; relancer et restructurer le parti sur des bases saines afin de préparer au mieux le deuxième congrès; lutter sans relâche et avec détermination pour l’instauration d’une alternance démocratique et pacifique, un combat dans lequel l’UDR-Mwinda n’hésitera pas à exprimer son opinion, a-t-il dit.




De son côté, le secrétaire général du parti, Paul Dihoulou, qui a bien voulu répondre aux questions des Dépêches de Brazzaville, a marqué son étonnement de voir Guy Romain Kinfoussia adresser un message aux militants de l’UDR-Mwinda. Il a indiqué que le 7 juillet 2016, ce dernier avait pris la décision de dissoudre l’UDR-Mwinda au profit d’un « parti unifié du département du Pool ». A-t-il encore des militants, alors que plusieurs de ses partisans ont quitté le navire pour l’UDH-Yuki ? , s’est-il interrogé.

« Je pense que la plus grande faute qui mérite des sanctions est le fait de vouloir dissoudre l’UDR-Mwinda sans avoir consulté le conseil national moins encore se référer à ses documents fondamentaux. L’engagement de l’UDR-Mwinda dans la plate-forme de l’opposition s’est fait après l’approbation des membres du conseil national », a-t-il expliqué.

En outre, Paul Dihoulou a rappelé que pendant l’élection présidentielle, au nom de l’opposition unifiée, l’UDR-Mwinda s’était engagée à soutenir la candidature du président de l’UDH-Yuki, Guy Brice Parfait Kolelas. Après cette échéance électorale, a-t-il renchéri, le parti devrait convoquer un conseil national au cours duquel, devrait être examinée la possibilité ou non de l’UDR-Mwinda de participer aux élections législatives et locales.




« A notre grande surprise, Guy Romain Kinfoussia nous amène un autre projet, celui de la dissolution du parti. Nous nous attendions à l’évaluation des activités liées au soutien du candidat de l’opposition et aux projections de notre formation politique », a révélé Paul Dihoulou, avant d’ajouter que Guy Romain Kinfoussia qui évoque son attachement aux principes du président-fondateur, André Milongo, n’a bénéficié, à aucun moment, de la confiance de ce dernier de son vivant, parce que les deux ne se connaissaient pas du tout.