« Tuer Sassou Nguesso n’est pas aussi difficile que ça… », un Libanais vivant au Congo nous explique

1
4930




 

 

Nous allons l’appeler Hassan, ce Libanais installé au Congo depuis plus d’une décennie a confié à ce média que les Congolais sont des gens peu violents et passifs, car au Liban, Sassou serait assassiné depuis. Hassan avec lequel, on a parcouru les points stratégiques de la ville a fini par éveiller notre conscience. Beaucoup de militaires pour rien, Denis Sassou Nguesso est prenable et dans une facilité étonnante.

Il est 9 h 15 quand au bout du téléphone, Hassan nous confirme être déjà au lieu du rendez-vous. Car comme toujours, nous avions fait preuve de notre congolité dans la ponctualité. C’est à l’aéroport de Maya Maya, que la voiture du Libanais est stationnée.

Jean bleu foncé, chemise blanche, et lunettes noires, Hassan descend amicalement et nous salue, avant de s’enquérir de notre santé. Quelques cinq minutes de marche et nous voilà au rond point à l’entrée de l’aéroport.




«  … Ce rond point est un endroit idéal pour assassiner votre président » susurre Hassan qui admire la beauté du jet d’eau, avant de nous expliquer que l’espagnole qui l’a conçu a été mal rémunéré par la mairie de Brazzaville. Le Libanais nous a ramené en Sicile en Italie pour nous revivre l’assassinat du juge Italien Falcone par la mafia.

En mode recommandation, Hassan confie, que les ennemis de Sassou peuvent juste profiter d’une révision du jet d’eau pour enterrer une puissante bombe téléguidée à partir d’un simple téléphone portable, et la faire exploser au passage du cortège présidentiel. «  Vous aurez beaucoup de morts, mais l’essentiel serait fait, à savoir la liquidation de votre objectif » rassure Hassan qui conseille aussi placé trois au quatre bombes éparpillées dans un rayon restreint.

De là, Hassan nous conduit vers le rond point ex CCF. Une fois sa Mercedess garée, on a marché jusqu’au virage juste en bas du ministère des mines et de l’énergie. «  A cet endroit, généralement sont stationnés deux militaires de la sécurité présidentielle et deux autres en face et les autres plus loin à une distance de 200 mètres.

Au passage du cortège présidentiel, un commando bien formé et camouflé , peut jouer à l’effet surprise et en finir avec Sassou ». Le Libanais nous dira aussi qu’un autre commando fera diversion au niveau du rond point pour empêcher les militaires aux alentours d’intervenir.

Après nous avoir montré six autres endroits idéals pour tuer Sassou Nguesso, Hassan nous emmène à Kintélé où nous assistons comment les avions amorcent leur atterrissage vers Maya Maya. Un endroit idéal selon Hassan d’abattre un avion à l’aide d’un missile sol-air qui coûterait moins de 10 millions au marché noir en RCA ou au Soudan.

Hassan nous confie aussi que l’avion de Sassou n’atterrit et de décolle presque jamais par Mfilou, mais toujours par la zone nord. « Ici, vous pouvez facilement abattre un avion et disparaître sans attirer l’attention. Vous avez les appareils à votre portée et à moins de 5 kilomètres… »

Des petits secrets que le Libanais nous a livrés et qui nous ont permis d’arriver à la conclusion que réellement les Congolais n’ont jamais voulu attenter à la vie de Denis Sassou Nguesso. S’il est facile de la faire à Brazzaville, beaucoup plus facile encore à Pointe-Noire et Oyo où Hassan nous a indiqué des méthodes et endroits idéals.




Le nombre pléthorique de la sécurité présidentielle n’est en aucun cas un obstacle pour éliminer Denis Sassou Nguesso. Il est beaucoup plus dissuasif qu’efficace. «  A défaut d’avoir la poule, vous pouvez avoir les poussins pour saper le morale de la poule et la pousser à l’erreur » conclut Hassan.



1 COMMENT