Tsaty Mabiala dénonce l’abandon de Pointe-Noire par le pouvoir

0
859




Le chef de file de l’opposition et premier secrétaire de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), Pascal Tsaty Mabiala a indiqué le 2 avril à Brazzaville, lors des questions orales au gouvernement à l’Assemblée nationale, que la ville de Pointe-Noire était dans un état de décrépitude révoltant, avec des quartiers inaccessibles. 

« Pointe-Noire était parmi les villes les plus propres du pays mais aujourd’hui elle est jonchée de part et d’autre d’immondices, des marchés abandonnés et délocalisés dans les endroits les plus insalubres », a signifié Pascal Tsaty Mabiala.

Il estime que Pointe- Noire fait face à une situation sociale, d’hygiène, d’insalubrité pouvant évoluer à une question politique. « Il faut que l’on s’y mette de façon sérieuse », a-t-il signifié avant de demander au gouvernement d’en parler au président de la République qui est habilité à faire l’arbitrage sur les budgets d’investissements.

Sur l’assainissement de Pointe-Noire Pascal TSaty Mabiala a laissé entendre qu’il fallait prendre le problème d’une manière globale.

Le Premier ministre, Clément Mouamba a pour sa part relevé qu’ils étaient préoccupés par Pointe-Noire avec son chômage massif, le délabrement des rues à l’instar de Brazzaville.




Sur l’arrêt des travaux au grand marché de Pointe-Noire, il a fait savoir que le gouvernement s’employait à trouver des partenaires privés et autres qui sont prêts à mettre les moyens financiers pour achever les travaux dudit marché dans les délais raisonnables. « Le gouvernement va étudier un système de remboursement  bien organisé afin qu’au terme du délai, les investisseurs soient en possession de leurs moyens », a ajouté Clément Mouamba.

Le Chef du gouvernement a soutenu que le nouveau marché de Pointe-Noire, une fois à pied d’œuvre, était  à mesure de créer de la richesse, et de rembourser les 5 à 6 milliards de francs CFA injectés dans sa construction.