Thierry Moungalla, l’unique ministre d’Afrique qui a détenu un terroriste invisible




Il y a deux ans, l’unique blanc que compte le gouvernement du Congo annonçait dans une allocution sur les antennes de la chaîne nationale, l’interpellation d’un terroriste qui aurait planifié une série d’attentats contres les intérêts français et américains à Brazzaville. Jusqu’à ce jour, ni la France, ni les Congolais n’ont jamais vu ce fameux terroriste qui serait d’origine congolaise et de confession musulmane.




Thierry le perroquet, Thierry le blanc, Thierry le chouchou des petites filles du net et de Kinshasa. Le ministre porte parole du gouvernement congolais est devenu le visage du mensonge et de la bêtise. De même que les Congolais attendent sa mort pour lever le mystère sur la disparition des cadavres des Albinos, la presse attend des nouvelles sur le fameux terroriste que Brazzaville aurait détenu en 2018.

Il y a quelques jours, après avoir sanctionné le journaliste Rocil Otouna pour avoir posé une question responsable à un ministre, Thierry Moungalla a fait un rétropédalage à 360° profitant de la non officialisation de cette sanction. Il a nié en bloc sa décision verbale quand bien même sur le plateau du JT, une journaliste disait que ce n’était plus un secret de polichinelle.




Déclaration télévisée de Moungalla en 2018

« Forts de ces informations, les services compétents ont immédiatement pris des dispositions nécessaires en renforçant la sécurité autour des installations et emprises des représentations diplomatiques menacées. »

Le communiqué poursuit que les investigations menées ont conduit à l’interpellation d’un individu d’une trentaine d’années, de nationalité congolaise et de confession musulmane.

Le gouvernement qui signale que les investigations se poursuivent et pourraient donner lieu à d’autres communications, « rassure l’opinion nationale sur le fait que toutes les dispositions ont été prises afin d’assurer la sécurité de l’ensemble des représentations diplomatiques présentes sur notre territoire national. »




Enfin, « le gouvernement invite les populations à vaquer à leurs occupations habituelles dans la sérénité, et rappelle que toutes les mesures sont prises afin d’assurer leur sécurité et d’élucider cette affaire. »

Depuis, cette affaire a été classée et le fameux terroriste est resté invisible. Quand le mensonge devient la feuille de route d’un gouvernement, il est logique qu’on y trouve des ministres comme Thierry Moungalla