Tellement idiot, Bokilo ( Makolin) expose le cynisme du régime de Mpila

0
1429




« Zoba soki a zali monene te, sè ke aza molayi » dit-on souvent en lingala, cette langue parlée par Edgar Bokilo, cet analphabète à qui certains membres du pouvoir glissent des miettes de temps à temps pour le pousser à être le contre poids de Brazzanews. L’analphabétisme étant son meilleur compagnon, Bokilo, croyant s’en prendre aux étudiants congolais de Cuba a pondu un post sur Facebook qui met à nu les agissements malsains du pouvoir qu’il est censé défendre généralement à tort.

« Les étudiants congolais, sont parmi les plus idiots des étudiants étrangers à Cuba, car chaque année, plus de 250 échouent et beaucoup d’entre eux seront expulsés faute de niveau.




Après, c’est eux, qui tabassent les policiers, pour revendiquer de l’argent, afin d’aller ecumer les débits de boissons et les plages de la Havane.

Ces étudiants sont pour la plupart, un ramassis de voyous, envoyés à Cuba, pour étudier la médecine, alors qu’ils sortent des filières littéraires, voilà pourquoi ces bagarreurs échouent lamentablement… »




C’est le texte pondu par Edgar Bokilo sur sa page Facebook qui prouve à suffisance que les congolais ont bien raison de s’attaquer chaque jour à ce régime. Quand les congolais se plaignent du clientélisme qui a caractérisé la sélection de ses étudiants, Bokilo et Cie étaient les mêmes qui réfutaient ces allégations.

Aujourd’hui faisant fi de son analphabétisme, et croyant s’attaquer à ces étudiants qui ont fait honte à leur pouvoir, Makolin le géant reconnaît qu’ils sont pour la plupart des voyous déscolarisés « appelés vite vite » pour s’envoler vers Cuba.

Le tribalisme ayant caractérisé aussi cette sélection a toujours été nié par les propagandistes du pouvoir, alors que chacun a pu se rendre à l’évidence de la présence majoritaire ( 99%) des originaires du nord sur la liste des 250 étudiants qui seront prochainement renvoyés vers Brazzaville.

Au Congo, le goût de l’argent facile a créé une armée d’atalakus écervelés prêts à tout pour des miettes. Le pays est dans l’abîme généralisée à cause de la mauvaise gouvernance d’un pouvoir qui s’obstine dans les mêmes politiques. Mais ses jeunes atalakus ne s’empêchent pas de continuer à diffuser que Sassou Nguesso reste l’unique espoir.




« Buzoba eza choix » disent souvent les Kinois. Un choix que Bokilo et sa clique ont fait pour leurs intérêts égoïstes bien qu’en privé ils reconnaissent l’incompétence de leurs parrains.

Dans un pays normal et responsable, l’attribution des bourses d’études à l’étranger est motivée uniquement par la compétence et non le clientélisme. Comment peut-on aller vers l’émergence en favorisant l’ascendance des analphabètes ?

Aujourd’hui, les 250 étudiants qui seront renvoyés de Cuba auront perdu non seulement leur temps mais surtout auront empêché à 250 autres réellement compétents d’être utiles à la nation demain.