Soro – Ouattara : les proches du président Ivoirien boudent la médiation de Sassou

0
824




Plus rien ne va entre les deux anciens rebelles Ivoiriens qui ont été placés au pouvoir par la France après la capture de Laurent Gbagbo. Guillaume Soro accuse le parrain de l’ex rébellion Ouattara de ne pas respecter les accords signés sur le partage du pouvoir. Guillaume Soro dont les frères et proches sont en prison vit désormais en exil en France. Denis Sassou Nguesso, qui n’aime pas dialoguer avec ses opposants a proposé sa médiation dans ce conflit, mais les proches de l’actuel président Ivoirien rechignent face un dictateur jugé sournois.




Dans le camp d’Alassane Ouattara, tout le monde sait que Denis Sassou Nguesso a toujours roulé pour Guillaume Soro qu’il rêvait voir à la tête de la Côte d’Ivoire.Des rumeurs font état d’un soutien financier important à ce dernier pendant sa rébellion contre Laurent Gbagbo.

Depuis que Laurent Gbagbo l’avait traité de président « pigeon voyageur », Denis Sassou Nguesso s’est rapproché des rebelles dont le chef était Guillaume Soro. La chute de Gbagbo avait été largement diffusé sur la chaîne nationale congolaise contrairement à celle de Blaise Compaoré et autres dictateurs.




Aujourd’hui, devenus des ennemis jurés, Guillaume Soro bénéficie du soutien de certains dictateurs d’Afrique Centrale dont Denis Sassou Nguesso. Ce dernier tente d’ailleurs de réconcilier les deux anciens rebelles afin que Soro participe à la présidentielle d’Octobre 2020.

Mais les proches d’Alassane Ouattara trouve cette proposition de médiation comme une blague de mauvais goût venant de la part d’un chef d’État qui a silencié son opposition et a remis à la sellette le parti État.

La seule chose dont les proches Ouattara trouvent de positifs en Sassou, c’est d’avoir crée le deal du changement de la constitution pour se maintenir au pouvoir.

Alassane Ouattara a annoncé lors des vœux de nouvel an une reforme de la constitution avant la présidentielle d’Octobre 2020, et des observateurs de la politique Ivoirienne y voit un troisième mandat.




Au Congo, Denis Sassou Nguesso a mis en prison tout les opposants qui n’ont pas reconnu sa victoire en 2016 et n’entend plus avoir un concurrent de taille en 2021.Alors qu’il parle de l’application stricte des décisions de justice contre ses opposants, il veut néanmoins faire bénéficier à son protégé Soro d’un pardon de Ouattara en vue de la présidentielle Ivoirienne.