SNE:Big business autour du délestage à Brazzaville

0
2466




 

 

Le déficit énergétique dont souffre le Congo est la cause du ping pong entre certains quartiers de Brazzaville dans la fourniture de l’électricité. Ce phénomène appelé « Délestage » a engendré une sorte de priorité du courant en faveur de quelques zones de la Ville.

Des agents de la société nationale d’électricité ont développé un business florissant autour du délestage dont les bénéfices se chiffrent en plusieurs zéros. La résignation des populations affectées fait que cette activité extra s’accentue davantage et pousse plus d’un agent sans vergogne à allonger ses fins du mois au détriment de ceux qui souffrent de ce phénomène.

La Société Nationale d’Électricité dont l’image était déjà ternie, devient de plus en plus la bête noire des populations qui s’interrogent sur le silence du gouvernement, et aussi sur le fait que ces agents véreux aient le sommeil tranquille. Mais le ridicule ne tuant pas au Congo, certains responsables de cette société se vantent même parfois d’être au service des populations et de se sacrifier pour leur bonheur.




Le recouvrement des factures qui devrait réguler la distribution irrégulière de l’électricité accentue pourtant cette perception de grande escroquerie dont les clients de la société nationale d’électricité sont victimes. Les factures ne reflètent jamais la consommation. Pour 16 jours sur 30 de consommation mensuelle instable, le Client paie le tarif d’un mois de consommation sans que cela n’interpelle ou ne gêne la direction de la SNE.

A Kisito par exemple dans le premier arrondissement Makelekele, les près de 10000 abonnés de la SNE qui partagent le délestage avec ceux de Météo juste en face ne reçoivent de l’électricité que 9heures sur les 24 qui leur correspond .Motif, l’agent chargé de gérer ce partage aurait été corrompu par les clients de Météo à qui il donnerait de l’électricité à plein temps au détriment de ceux de Kisito. C’est le business du délestage à Brazzaville dont presque tous les quartiers de la ville sont victimes.

Cette chaîne de corruption qui trouve sa racine dans les instances dirigeantes du pays tend de plus en plus à se développer dans la couche moyenne qui ne veut pas rater ce train de la « mangeoire ». Un adjoint au maire de la ville de Brazzaville ne se vanterait-il pas se servir dans ce qu’il appelle  hippopotame du pays  (les finances Congolaises)

Les abonnés de la SNE ne sont pas responsables de la léthargie et mauvaise gérance qui minent cette société, elles sont non plus responsables de l’entêtement des autorités politiques à construire le barrage hydroélectrique à Imboulou bien que déconseillé par tous les experts. Ce sont plus de 170 milliards de francs cfa qui ont été investis dans cet ouvrage.

Ces populations n’ont rien à avoir avec l’abandon dans lequel se trouve l’autre barrage hydroélectrique de Moukoukoulou qui en 30ans n’a jamais vu ses turbines être révisées, alors que ce barrage alimente les grandes régions qui sont le poumon économique du Congo (le grand Niari et le Kouilou).

Cette carence énergétique est à l’origine du phénomène délestage qui consiste à répartir l’électricité entre les différentes zones de la ville. Et c’est dans cette optique que les quartiers Kisito et Météo se repartissent les jours de la semaine bénéficiant chacun de 4 jours sur 7 de l’électricité. Ce qui devrait être un partage équitable s’est transformé en un calvaire pour les clients de Kisito qui au finish ne profitent jamais pleinement de leur délestage à cause de l’ingéniosité de l’agent de la SNE chargé d’assurer cette redistribution.

Comme tout mauvais Congolais avide d’argent facile, l’agent se serait fait soudoyer par les clients de Météo pour un partage inéquitable du délestage en leur faveur. Combien aurait perçu ou perçoit cet agent ? Pourquoi les clients de Météo agissent ils ainsi ?




Plusieurs témoignages font état d’un versement par client d’une somme de plus de 1000frs à l’agent véreux. En effet, à Météo nombreux sont les clients qui gèrent des commerces dont les Vips, caves, salles de jeux etc …Donc il est nécessaire pour eux d’avoir de l’électricité pour bien rentabiliser leurs business, et le moyen le plus simple était celui de corrompre l’agent de la SNE. Cet agent percevrait chaque semaine une somme de 60000frs Cfa pour léser Kisito.

Pourtant sacrifiés dans ce partage énergétique, les clients de Kisito ne semblent s’organiser pour dénoncer cette injustice auprès des autorités compétentes et se contentent de maudire le fameux agent, de se plaindre de la mauvaise foi de leurs voisins de Météo et comme toujours d’indexer le Chef de l’Etat qui pourtant n’a rien à voir dans cette affaire. D’autres par contre plus révoltés entrevoient de tendre une embuscade au fameux agent et l’infliger une petite « correction ».

Comment ne pas envisager tendre une embuscade à cet agent lorsqu’on sait que malgré les plaintes, aucune sanction ne sera prise contre lui. Tenez ! A Météo grâce à leur agent ripoux, ils bénéficient de l’électricité les jours qui les correspondent pendant 24 /24, alors qu’à Kisito, ils en ont de 7heures 30 à 12 heures. Quand son cœur semble avoir de la compassion il redonne de l’électricité aux clients de Kisito entre 15 et 18heures sinon c’est de 1h du matin à 6heures, sinon c’est à Meteo qui en bénéficie. Un vrai ping pong énergétique entre Météo et Kisito