Sassou, un simple instituteur qui manipule les magistrats au bac + 10

0
2522




Le Conseil supérieur de la magistrature a prononcé le 20 février à Brazzaville la radiation de sept juges pour « faute grave ». Parmi ces cadres de la justice se trouvent Corneille Moukala Moukoko et Mathurin Bayi, respectivement procureur général près la cour d’appel de Brazzaville et président de cette cour, pendant le procès de l’affaire dite du 4 Mars. Bien avant,Sassou Nguesso dans un discours avait obligé les magistrats à se reunir.

Au Congo,les magistrats ne jouissent d’aucun pouvoir et sont à la merci des hommes politiques et officiers militaires et policiers qui leur dictent une ligne de conduite. Tant d’années d’études du droit n’auront servi à rien,sinon qu’à être manipulé par des moins instruits.

Jamais de la vie judiciaire au Congo,un juge n’a diligenté une enquête contre un homme politique pour corruption,malversations ou autres délits. Ils se sentent tous incapables de le faire au risque de se retrouver eux-même derrière les barreaux.




Les magistrats Moukala Moukoko et Mathurin Bayi ont été revoqués sous ordre de Sassou Nguesso pour avoir tenu un procès exemplaire dans l’affaire du 4 mars. Alors que le pouvoir leur demandait des peines lourdes contre Marcel Ntsourou,eux avaient préféré lire le droit et mettre en valeur leurs années d’études.

Un affront que Sassou Nguesso n’a jamais supporté au point d’obtenir aujourd’hui leur radiation en se servant tout simplement de leurs collègues.

Dur dur quand un simple instituteur fut-il chef de l’État manipule à sa guise des personnes supposées plus intellectuelles avec un bac + 10. Même un simple menuiser est plus indépendant que des magistrats au Congo.

Les peines à affliger aux prisonniers politiques pourtant innocents sont déjà connus de tous et dictées par Sassou Nguesso aux magistrats qui vont juste les exécuter lors d’une comédie de procès.

Triste pays quand les responsables politiques au niveau d’études limité rendent idiots des personnes ayant un cursus universitaire respectable. C’est ainsi que des jeunes  sacrifent leur avenir en devenant des marionnettes de ces vieux briscard au point même de se former des comités pour les soutenir à continuer à les dompter.