Sassou s’offre 48 milliards comme budget de la présidence et 100 millions de salaire

0
1984




« La rupture c’est pour vous les pauvres » disait Jean Jacques Bouya à ses parents venus lui rendre visite à son domicile. Comment peut-il être autrement lorsqu’il se sert à volonté dans le budget des Grands travaux ? Son oncle Denis Sassou Nguesso alors que le pays traverse une période de soubresauts financiers vient d’offrir un budget de 48 milliards à son institution la présidence qui ne rapporte rien au pays. Alors que des ministres perçoivent entre 11 et 15 millions de cfa mensuel, le chef de l’État avoisine les 100 millions. Allons seulement vers l’émergence de 2025.




Le Congo est sans doute le seul pays au monde où le budget de la présidence (48 milliards fcfa) est largement supérieur à la somme des budgets dédiés à d’autres institutions de la république.

Tenez par exemple, la chambre basse du parlement a un budget de 18 milliards, une somme élevée dont les députés ont du mal à expliquer les nombreux mois d’impayés qu’ils alignent.

L’inutile Sénat nage autour de 10 milliards contre 4 pour la primature et 1 milliard pour le conseil constitutionnel.

L’éducation qui devrait être la priorité du pays a un budget dérisoire qui a conduit à l’effondrement du système scolaire.

Ces 48 milliards de budget de la présidence servent en réalité à enrichir la famille présidentielle et surtout à payer les émoluments de près de 5000 travailleurs fictifs déclarés par le neveu Edgar Nguesso.




Tous les contrôles ont décelé ce fléau que Denis Sassou Nguesso protège toujours malgré tous ses discours sur la lutte contre les anti-valeurs. Le plus ridicule est d’assister comment les mêmes qui ont pillé le pays déclarer la guerre contre la corruption et l’enrichissement illicite.

Le président Ivoirien Alassane Ouattara avait bien su le dire que malgré tout ce qu’on peut donner à Sassou Nguesso, ses capacités sont caduques.