Sassou demande au clergé de mettre son dialogue de janvier 2019 dans leurs prières.

0
3338




Ce n’est qu’au Congo où on peut voir un homme qui maltraite son peuple demander aux hommes d’église de prier pour ses manipulations. Denis Sassou Nguesso, dans une correspondance adressée au clergé que dirige Mgr Anatole Milandou, a sollicité des moments de prière pour sa parodie de dialogue qu’il compte organiser en Janvier 2019.

Chaque fois qu’il se sent coincer, Denis Sassou Nguesso trouve toujours l’astuce par l’organisation des dialogues, qui sont en réalité des monologues qui lui permettent de rouler son opposition et l’opinion internationale dans la farine.

Ayant conduit avec élégance le Congo dans un chaos généralisé, Sassou Nguesso sous la pression du FMI, au près duquel il mendie une aide financière, entend organiser un dialogue inter-congolais au début de l’année prochaine.




Pour ce faire, il a adressé une correspondance à l’église catholique congolaise, leur demandant de prier pour ce conclave. Un conclave, dont tout le monde sait déjà la forme et le fond, qui ne résoudra en rien les véritables maux qui minent le Congo.

Le pouvoir de Brazzaville se devrait plutôt de se regarder dans le miroir afin de faire son propre état des lieux. Les maux qui minent la bonne marche du pays se trouvent en son sein.

Conscient que le plus grand poisson à pêcher est la diaspora politique, le pouvoir de Brazzaville s’est lancé dans une opération de charme, profitant de la situation sociale de certains opposants de France. Coopté par Paul Marie Mpouele ( ex opposant), l’ancien diplomate Marcel Makomé est au centre des tractations en vue de représenter la diaspora politique au dialogue de janvier 2019.




Il reste à savoir si le clergé du Congo se pliera à la volonté du chef de l’État où lui rappellera ses devoirs constitutionnels. On ne peut opprimer son peuple et solliciter encore l’appui de Dieu.