Royaume-Uni-Brexit: la presse se divise sur le vote des parlementaires

0
344




Les journaux britanniques sont partagés sur l’issue de cette nouvelle journée décisive au Parlement sur le Brexit : si les quotidiens les plus à gauche préviennent que l’Union européenne (UE) ne changera pas d’avis, les titres pro-conservateurs présentent le vote sur l’amendement Brady comme un grand succès.

Ce matin, le Daily Mail parle même du « triomphe de Theresa » qui a « remporté un vote-clé », « unifié son parti » et « mis au défi l’UE de conclure un accord ». L’autre tabloïd de droite Daily Express est encore plus convaincu d’une grande victoire pour la dirigeante : « Elle l’a fait ! », s’écrie le journal, pour qui « notre indomptable Première ministre a réussi l’un des plus remarquables retournements de situation de l’histoire politique ».

Plus mesuré, le Times relève qu’il n’est pourtant pas dit que l’UE cède. Le quotidien économique pro-européen Financial Times s’inquiète d’ailleurs des conséquences d’un vote qui envoie Londres droit à la collision avec Bruxelles. Enfin l’éditorialiste du Guardianregrette « une victoire à la Pyrrhus pour Theresa May », obtenue au prix de terribles concessions et qui plus est fondée sur un rêve illusoire.

Quelle signification pour ce vote ?

Bien que le passage de cet amendement soit une bonne nouvelle pour la Première ministre qui regonfle temporairement le moral de son parti, les réjouissances risquent d’être de courte durée : en cédant aux brexiters les plus durs, Theresa May a jeté aux orties les efforts de nombreux mois de négociations et l’UE pourrait bien décider qu’un no deal est inévitable. La dirigeante britannique va donc retourner à Bruxelles dans les prochains jours et négocier en parallèle avec le chef du labour Jeremy Corbyn qui a accepté le dialogue mardi soir.




Elle a promis qu’un accord de sortie modifié serait à nouveau soumis au Parlement le plus tôt possible et que si cet accord est rejeté, une nouvelle série de votes aura lieu le 14 février avec toujours en tête l’espoir que de guerre lasse et de peur de ne pas sortir du tout, les brexiters voteront en faveur de son accord de départ.

Avec AFP