Roga Roga défie les combattants et joue devant 80 personnes dans une salle de 3000 places

0
1484




 

Dans la logique des mbochis du clan Sassou, la perfection est un anti valeur et l’à peu près une vertu. Malgré qu’il n’ait pas couvert toutes ses expectatives artistiques, Roga Roga est très heureux d’avoir tenu son concert, faisant fi à« Ebonga ebonga té, toujours meilleur ». Des millions investis par l’organisateur pour ne gagner presque rien, n’ont aucun effet sur la conscience de ses artistes, qui ont été appuyés par une armée des parasites du pouvoir de Brazzaville. Ceux là même pour qui Sassou reste le meilleur malgré la réalité du pays.

Roga Roga, a pu réaliser son rêve parisien dans un concert sous haute surveillance qui a eu lieu malgré l’opposition des combattants qui n’ont pu l’empêcher, grâce à un déploiement policier impressionnant. Les opposants au régime de Sassou y voient un deal entre ce pouvoir et le préfet de ce département qui a autorisé le dit spectacle malgré le risque de débordement.

32 combattants se sont retrouvés en garde à vue, avant d’être remis en liberté le dimanche en début de soirée. Mais malgré le racolage via la distribution gratuite des billets, le concert a fait flop. Le thermomètre d’un concert est avant tout le public, puis la prestation. Une prestation, fut-elle belle devant une salle vide n’est plus un concert, mais une séance de répétition.




Mais du côté de Roga Roga, on se réjouit plutôt d’avoir défié les combattants et joué, bien que devant une salle presque vide. Une appréciation semblable à celle des autorités de Brazzaville qui croient bien faire là où tout le monde voit le contraire.

Dans une salle capable de contenir 3000 personnes, le concert de Roga n’en a réuni qu’une centaine, dont la majorité est proche de l’artiste. Des amis de Roga qui se sont vu offrir des billets pour faire nombre. Financièrement parlant, l’organisateur du spectacle a fait une très mauvaise affaire, et artistiquement, Roga a échoué.

N’empêche que l’ex combattant Rostel Bakwa remercie le ministre Thierry Moungala d’avoir financé la sécurité du concert par ses éléments.






Par ailleurs, on a pu remarquer parmi l’assistance, la présence de la petite fille de Marien Ngouabi, Marienta Osséré, qui s’est toujours déclarée farouche opposante au régime de Sassou.