Révolution du 10 mars : qui est le caporal chef Ferdinand Massom ?

0
3464




 

 

Il a suffit d’une audio partagée massivement sur les réseaux sociaux d’un certain caporal chef se faisant appeler Ferdinand Massom invitant les habitants des quartiers nord à un soulèvement général le 10 mars pour que le pouvoir panique et mette en alerte les forces de sécurité. L’appel de ce militaire est le reflet du ras-le-bol des Congolais de tout bord envers un pouvoir clanique.

La plus grande crainte du clan Sassou Nguesso qui dirige le Congo d’une main de fer a toujours été de voir les quartiers nord se soulever. Durant des années,les cerveaux penseurs du pouvoir issus des grandes écoles communistes ont toujours inculqué aux originaires du nord qu’il fallait à tout prix éviter que le pouvoir reparte au sud.

C’est dans cette logique tribale démagogique que les ressortissants du nord ont toujours cautionné toutes les dérives de Sassou Nguesso et son clan. Mais depuis les arrestations de plusieurs cadres du nord pour la seule raison de revendiquer plus de démocratie au pays,et surtout des catastrophes naturelles frappant les quartiers nord,les langues se délient.

La crise économique ayant enfoncée le clou,tous les ressortissants se sont rendu compte que le clan Sassou Nguesso se moquait éperdument d’eux,et le véritable enjeu n’a jamais été une menace venant du sud,mais la conservation du pouvoir par le clan.




L’appel au soulèvement du caporal chef Ferdinand Massom est la conséquence directe de tous les maux cités plus haut.

Existe-t-il réellement ce caporal chef ?

C’est la question du million actuellement sur toutes les lèvres des Congolais.Un communiqué de la police a même qualifié ce vaillant militaire de plaisantin repéré,mais toujours pas détenu.Le ministre porte parole du gouvernement a même relayé sur les réseaux sociaux le communiqué de la police.

Le caporal chef Ferdinand Massom qui a bousculé la donne demeure une énigme bien que faisant peur à toute une dictature. Le message a reçu un accueil favorable dans les quartiers nord où les habitants se lâchent contre les abus de la famille Sassou Nguesso.

De son côté,le pouvoir veut montrer officiellement qu’il s’agit juste d’un plaisantin,mais s’active en coulisse pour en savoir plus. Le général Jean François Ndenguet a tenu un cabinet de crise dans son bureau pour prévenir le danger. Au conseil national de la sécurité,Jean Dominique Okemba a ordonné le déploiement discret de plus de 2000 agents en civil dans les quartiers nord dans le but de recueillir des informations sur ce fameux caporal Ferdinand Massom.

Si certains officiers de l’armée félicitent en secret le courage et la détermination de ce caporal chef,d’autres par contre craignent d’être associés à lui dans un contexte où le pouvoir veut éliminer tous ceux qui l’inquiètent.

Les forces de sécurité sont en alerte de manière discrète,et cherchent à faire un lien entre le caporal chef et certains opposants.

Le 10 mars,rien de se passera dans les quartiers nord,mais le caporal chef Ferdinand Massom aura au moins montrer le chemin aux Congolais qui dans leur majorité souhaitent la chute du pouvoir de Sassou Nguesso.