Rentré bredouille de Chine, Sassou convoque une réunion d’urgence du clan ce dimanche

0
5899




« L’oiseau amorce son atterrissage, activez tous les protocoles de sécurité », c’est le message qu’on pouvait entendre depuis des talkies walkies des agents de la sécurité présidentielle ce mardi 11 septembre à l’aéroport de Maya Maya. Denis Sassou Nguesso est bien rentré de Chine après un séjour de plus d’une semaine, poches vides. Il a convoqué une réunion d’urgence ce dimanche pour dit-on pour prendre des décisions vitales pour leur survie.

Ancien distributeur des fonds, Denis Sassou Nguesso est depuis devenu, mendiant officiel de la république du Congo. En Chine, où il a participé au sommet Chine-Afrique, il est resté plus de temps que prévu dans le but de rapatrier les fonds des générations futures planquées dans des banques par le couple voleur Dupont-Dupont.




Jean Jacques Bouya et Gilbert Ondongo, appuyés par Kiki Sassou y ont caché plus de 8000 milliards de Cfa. De rencontre en rencontre, le dictateur congolais n’a pas pu convaincre les chinois de la nécessité de débloquer ces fonds pour sa survie politique. Denis Sas sou Nguesso croit aveuglement que le rapatriement de cet argent lavera sa dignité entachée aux yeux de tous, et même de ses plus proches.

La rencontre tant attendue avec le président chinois Xi ping a accouché d’une souris, si ce ne sont les 26 milliards de Cfa qui serviront à entretenir la RN1. Les banquiers chinois ont expliqué au chef de l’État congolais être dans l’impossibilité de prendre des décisions importantes sans l’aval des autorités politiques.

Des autorités politiques qui ont classé le Congo dans leur liste rouge des pays insolvables et « gabegistes ». Des 60 milliards de dollars que le géant chinois a promis aux 54 pays africains, le Congo n’est pas dans la liste de départ.

Bien qu’en public, les chinois restent l’importance sur la bonne gouvernance comme condition à des prêts, en privé, ils regrettent la mauvaise volonté des dirigeants congolais, qu’ils trouvent peu soucieux du devenir de leur pays.

La question qui fâche le plus est celle du financement de la fameuse RN1, dont le projet présenté par Bouya pour l’obtention du prêt, mettait en exergue une autoroute, et au finish, les chinois n’ont rien vu qui ressemblait à la maquette de Bouya, alors que les fonds ont été débloqués intégralement. Pis encore, les mêmes qui ont déshonoré le Congo, sont encore aux commandes.




Denis Sassou Nguesso devrait se multiplier en mille pour trouver des capitaux nécessaires pour relancer l’économie de son pays. Et comme il est habitué à gérer le Congo comme une épicerie familiale, attendons de voir ce qui sortira de cette réunion