Remy Ayayos chassé de AC Leopard par la rupture et la sorcellerie

0
3075




 

 

Il en était devenu le président mythique et avait presque tout donné à ce club qu’il avait hissé au niveau de l’élite footballistique africaine. Rémy Ayayos Ikounga a décidé de prendre sa retraite sportive, en sa qualité de président des fauves du Niari.

Toute chose a une fin dans cette vie.Nul n’ignore que le budget des Fauves du Niari provenait directement du Tresor Public.Avec la crise qui frappe le pays,il n’était plus évident qu’Edgard Nguesso continue à sortir des millions en faveur du club de Dolisie.

Entre grace et disgrace, Rémy Ayayos se retire

La rumeur courait depuis quelques temps déjà, amplifiée depuis Dolisie par des considérations extra-sportives, ciblant Rémy Ayayos. La confirmation en a été donnée à travers l’émission Stades et Sports sur Télé-Congo dimanche. Dans une interview préenregistrée diffusée à propos, Rémy Ayayos s’exprime :

« C’est avec beaucoup de peine que je prends cette décision, qui a été longuement mûrie. 9 saisons durant, j’ai tout donné à l’AC Léopard et au football congolais. Même prétentieusement, je peux dire africain. J’ai donné de mon temps, de mon énergie, de mon intelligence. J’aimerai dire sans fausse modestie, de ma poche.




Cette passion m’a dévoré. Je suis allé au bout de la passion. Je n’ai plus la force et l’engouement nécessaire pour livrer les grandes batailles. Je peux vous dire que ma santé en a pris un coup.

Après plusieurs réflexions personnelles ainsi que l’interpellation de la famille, je pense qu’il était temps de passer le relais à d’autres. J’ai fais ma part de travail. C’est l’histoire qui dira si je l’ai bien faite. Mais, le cœur serré, les larmes aux yeux, je pense qu’il est temps que j’utilise mon énergie à autre chose.

J’ai tellement d’autres choses à faire et à donner et ma principale préoccupation c’est toujours de donner le bonheur aux autres. Je continuerai de le faire par d’autres moyens, comme j’ai pu le faire par l’entremise du football.

C’était une belle école, j’y ai passé de très belles années, j’y ai récolté des souvenirs, parmi les meilleurs de ma vie, même s’il y a eu aussi des moments amers. Jusqu’à aujourd’hui, un de ces moments amers, reste l’accident de Bhebey Ndey qui me tourmente toujours, qui me taraude l’esprit chaque jour et chaque nuit. Qu’à cela ne tienne, je dis que ç’a a été une bonne expérience et je pars le cœur serré. »

Quant aux raisons fondamentales de son départ, Rémy Ayayos qui est resté vaque à ce propos, a dit faire la volonté des « dirigeants historiques » de l’AC Léopard de Dolisie.

On sait cependant que depuis quelques temps, certains notables et lobbys attachés aux coutumes traditionalistes et cultuelles du Niairi, reprochaient à Rémy Ayayos Ikounga d’instrumentaliser leur équipe légendaire, à des fins autres que sportives, notamment politiques.

D’autres lui reprochaient un mysticisme ouvert dont la conséquence la plus lourde aura été l’accident dont avait été victime le joueur Bhebey Ndey que l’on dit avoir été sacrifié par Rémy Ayayos Ikounga.

Rudy Guelord dit Bhebey Ndey s’était grièvement blessé le 26 juillet 2015 au Caire lors du match contre le Zamalek dans le cadre de la troisième journée des matches de poules de la 12e édition de la Coupe africaine de la Confédération.

 

Bhebey Ndey touché aux cervicales. Un accident rare qu’on imputa aux « pratiques mystiques » d’Ayayos

L’international congolais était retombé sur la tête après un saut  alors qu’il tentait d’éviter le tacle du gardien adverse. Touché aux cervicales, en dépit des soins, ce joueur est depuis devenu paraplégique.

Pour de nombreux spécialistes du sport congolais, le départ de Rémy Ayayos Ikounga aura de lourdes conséquences sur l’avenir de l’AC Léopard dont le président retraité était la principale cheville ouvrière.