RDC : l’UDPS se démarque-t-elle du Rassemblement ?

0
246




 

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) devrait déposer son dossier de candidature à la présidentielle de décembre prochain ce mardi 7 août. Or, l’UDPS est membre du Rassemblement, la principale coalition de l’opposition qui conditionne sa participation au respect d’une série de conditions qui semblent encore lettre morte.

L’annonce a été faite par des médias congolais dont le site Politico.cd. D’après l’organe en ligne, c’est demain que l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) procédera au dépôt du dossier de candidature de Félix Tshisekedi à la présidentielle du 23 décembre prochain. Le parti aurait même émis un appel à la mobilisation des membres et sympathisants afin d’accompagner le candidat Tshisekedi au siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Pourtant, il y a quelques semaines, Félix Tshisekedi s’exprimant en tant que président du Rassemblement (coalition de l’opposition) conditionnait sa participation à l‘élection présidentielle au respect par le régime de Joseph Kabila à un certain nombre d’exigences.

Comme d’autres opposants, il dénonçait l’actuel fichier électoral qui contiendrait près de 10 millions « d’enrôlés fictifs, représentants près d’un quart du nombre total d’(électeurs) enrôlés ». Surtout que l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui a détecté 16 % d’enrôlés sans empreintes digitales, a proposé d’apporter quelques améliorations. Il faut donc supprimer les noms de ces électeurs.

L’opposition encore en rangs dispersés

Sans oublier la très controversée machine à voter. Si Kinshasa s’en félicite souvent, le dispositif n’est pas cependant du goût des opposants dont Tshisekedi qui estime que la machine favoriserait la fraude au profit du pouvoir. À en croire la CENI, la gouvernance électorale telle qu’exécutée jusqu’ici ne semble pas trop blâmable.




Tout porte cependant à croire que l’UDPS va devoir se désolidariser des autres partis du Rassemblement. De quoi fragiliser davantage l’opposition qui pourrait présenter plusieurs candidats dont Jean Pierre Bemba qui a déjà déposé son dossier.