RDC: la société civile sensibilise les électeurs contre les fraudes

0
358




Plusieurs mouvements citoyens se sont mobilisés hier en RDC, en ce dimanche 23 décembre, date initialement prévue pour les élections présidentielle, législatives et provinciales. A la différence des principaux partis d’opposition qui ont choisi d’accepter le report d’une semaine annoncé par la commission électorale, ils ont voulu témoigner de leur colère et sensibiliser contre le risque de fraude. Reportage aux côtés du mouvement citoyen ECCHA devant un bureau de vote de la commune de Lingwala à Kinshasa.

Ils sont une quinzaine devant ce qui aurait dû être un bureau de vote ce dimanche et chantent contre le président de la commission électorale qu’ils accusent avec ce report d’avoir « fui ses responsabilités », dit Ben José, coordonnateur du mouvement ECCHA : « C’est une façon pour nous de manifester notre mécontentement par rapport à cette énième blague de Nangaa [président de la Céni] de vouloir reporter les élections pour plaire à ses maitres. Nous dénonçons vraiment ces pratiques parce que nous ne sommes pas sûrs que les élections auront lieu le 30. »

A la sortie du bureau de vote, les activistes en profitent pour faire du porte-à-porte. Objectif : inciter les habitants à protéger leur vote le 30 décembre en surveillant le dépouillement… Oscar Lukusa, militant au sein du mouvement ECCHA, explique que « tout le monde doit prendre conscience, doit rester après le vote pour surveiller pour qu’il n’y ait pas de fraude ou détournement. On doit faire de chaque électeur un observateur ».

Dans cette rue, certains habitants se disent convaincus. « On va rester devant les bureaux jusqu’à ce que les présidents sortent les PV et là on va noter. Nous serons vraiment vigilants. »




D’autres en revanche sont plus hésitants : « Je n’ai pas les moyens de rester du matin au soir dans le bureau de vote, je serai obligé de sortir pour aller trouver de quoi me nourrir », dit cet homme.

Les activistes promettent de poursuivre leur sensibilisation toute la semaine, aux côtés d’autres mouvements citoyens