Que la dissolution de l’UMP serve de leçon à cette jeunesse enfarinée

0
388





Suite à la vive altercation qui a eu lieu à l’hôtel Saphir de Brazzaville entre M. Digne Elvis Okombi Tsalissan et deux membres dissidents du parti UMP (Union pour un Mouvement Populaire) dont il était le fondateur, M. Raymond Zephirin Mboulou, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a décidé de dissoudre ce parti.

Même si l’on peut considérer que les raisons de cette dissolution sont antérieures à cette altercation, on peut tout de même dénoncer l’excès de zèle et l’abus de pouvoir dont a fait montre le Ministre de l’intérieur dans cette décision.

Annuler par arrêté le récépissé de reconnaissance que l’on a soit même signé lors de la création de ce parti politique en 2015, pour une fallacieuse raison de non concordance des données d’état civil, c’est reconnaitre de facto sa propre incompétence et celle de ses collaborateurs les plus immédiats.

Que les congolais ne s’y trompent pas. Si le Ministre Raymond Zéphirin Mboulou a dissout le parti UMP, c’est bien avec la bénédiction de M. Sassou Nguesso Denis.

M. Digne Elvis Okombi Tsalissan qui ne cesse de répéter à qui veut l’entendre qu’il serait prêt à laisser sa vie pour M. Sassou Nguesso Denis, doit revoir sa copie. M. Sassou Nguesso Denis n’a pas d’amis en politique. Son seul ami, c’est le pouvoir. Toutes les personnes qui gravitent autour de lui ne sont que des « objets » qu’il manipule à sa guise.




Le cas de M. Digne Elvis Okombi Tsalissan n’est ni le début, ni la fin du mépris avec lequel M. Sassou Nguesso et ses protégés traitent leurs différents collaborateurs.

Que cela serve de leçon à tous ces jeunes qui pensent naïvement que M. Sassou Nguesso a un projet pour la jeunesse congolaise. Tout ce qui compte à ses yeux ce sont ses intérêts personnels, ceux de sa famille et de ses amis. Le reste n’a, ni valeur, ni importance.

Nous avons dit il y’a un mois qu’il y’aura une purge dans les rangs des obligés de M. Sassou Nguesso Denis, cela ne fait que commencer.

Un seul mot TRANSITION, une seule exigence TRAVAIL COLLECTIF.

Ensemble, pour un Congo uni, libre et prospère. Plus jamais sans nous. Que Dieu bénisse le Congo.

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen « Bougeons-Nous »