Quand le « viré » Alain Akouala assiège le domicile de Dominique Okemba 

0
3824




Depuis qu’il a été sans s’y attendre remercié du gouvernement de la république,l’ex ministre « kuenda vutuka » Alain Akouala a du mal à s’adapter à sa nouvelle vie sans honneurs. Bien qu’il ait eu tout le temps de se refaire gracieusement financièrement,le cerveau bleu regrette ne plus participer aux conseils des ministres où il pouvait serrer la main du chef de l’État.

Des soucis permanents qui ont conduit l’enfant terrible de Poto Poto et de Nancy à devenir un habitué de la résidence du président du conseil national de sécurité,le sieur Jean Dominique Okemba. C’est le plus souvent aux heures tardives qu’ Alain Akouala s’y rend,sans doute pour renégocier un retour au gouvernement ou un placement ailleurs.

Après son premier limogeage du gouvernement suite à plusieurs différends avec la fille du chef de l’État Claudia Sassou Nguesso,Alain Akouala a été pardonné et repris grâce à l’intervention de Jean Dominique Okemba,devenu depuis son parapluie.

Mais cette deuxième aventure gouvernementale a été de très courte durée pour le cerveau bleu à cause de certains comportements patriotiques et peu appréciés par le clan d’Oyo,très allergique à la vérité et piété.

Car cette deuxième éjection d’Alain Akouala du gouvernement a été motivée par ses nombreuses critiques à un système récompensant des Ewawas fatigués incapables d’apporter des solutions au développement du Congo.

Ayant eu vent de ces affirmations d’alors ministre des zones économiques spéciales,l’équipe d’un autre ministre souvent opposé à lui, a enregistré par le biais des flics les conversations où fusaient ces critiques.

Alain Akouala répétait constamment son étonnement de continuer à voir au sein du gouvernement de la république ceux là même qui sont la cause de l’échec et du sacrifice de plusieurs générations.Des commentaires qui ont été remontés jusqu’au chef de l’État,lequel malgré l’admiration envers le cerveau bleu a été obligé par son clan de le sacrifier.




LEAVE A REPLY