Près de 1000 pointes d’ivoire volées au domicile Denis Gokana à Boundji

0
1978




 

 

Des actes de vol se perpètrent de plus en plus dans les secondes résidences des dignitaires se trouvant le plus souvent dans leurs villages.Le dernier en date est le vol spectaculaire et étonnant de près de mille pointes d’ivoire au domicile de Denis Gokana à Boundji.

Ce proche de Denis Sassou Nguesso qui a fait fortune dans le pétrole de Pointe-Noire s’est offert un impressionnant domaine dans son village de Boundji à quelques kilomètres d’Oyo dans la Cuvette.

Dans le même parc immobilier constitué de plus d’une quinzaine de villas se trouve un garage mécanique haut de gamme dans lequel aucun véhicule ne sollicite les services. Le dernier mécanicien y travaillant touchait près de deux millions par mois sans rien faire. Il était d’origine centrafricaine et avait été contracté en Allemagne.

Le plus insolite dans ce vol perpétré chez Denis Gokana est la marchandise subtilisée. Qui ne sait pas au Congo que le trafic d’Ivoire est un délit sévèrement puni par la loi,et le Congo à travers ses autorités se présentent aux yeux du monde comme les fervents gardiens de la forêt et faune du bassin du Congo.



Alors que de nombreux petits braconniers sont tous les jours interpellés et condamnés à des peines de prison,Denis Gokana,un proche de Denis Sassou Nguesso garde tranquillement chez lui des pointes d’Ivoire estimées à des millions de francs.

Si les voleurs ont pu en voler près de mille,combien en possède Gokana ? Tout le monde au Congo sauf évidemment les occidents a toujours compris l’hypocrisie des autorités qui disent une chose en public et en font autre en intimité.

Pendant que les forêts du pays sont exploitées sauvagement tous les jours,et arbres abattus et exportés à travers le port de Douala,Denis Sassou Nguesso sollicite de l’aide aux occidentaux pour la protection des mêmes forêts.

Dans un pays sérieux,Denis Gokana devrait être interpellé par la justice justifier la possession d’un nombre aussi important des pointes d’ivoire dans sa propriété. Il en est de même des champs de drogue dans le district d’Obouya dont le propriétaire est connu de tous