Pool : le programme DDR sera élargi à la population civile

0
373




 

Initialement prévu pour les ex-combattants, le nouveau programme de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) dont le document-projet a été signé, le 31 août à Brazzaville, par les Nations unies et le gouvernement, va dorénavant prendre en compte la population locale fortement affectée par le conflit. Le coût  de l’opération est arrêté à 8,3 milliards FCFA.

Le document-projet a été co-signé par le Haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Euloge Landry Kolélas, et le coordonnateur du système des Nations unies au Congo, Antony Ohemeng-Boamah.

Dans sa mise en œuvre, le nouveau programme DDR va s’occuper en premier de la réintégration sociale de 7 500 ex-combattants ninjas nsiloulous, à travers un accompagnement spécial dans divers projets socioéconomiques, générateurs de revenus, en vue de leur permettre de s’auto prendre en charge.

Le DDR prendra également en ligne la réinsertion sociale de près de deux mille cinq cents déplacés. Au total, ce programme couvrira dix mille personnes issues de la population locale y compris les ninjas.




Le programme s’exécutera en quatre ans et son coût est estimé à huit milliards trois cents millions FCFA. Il sera mis en œuvre dans les départements du Pool et de Brazzaville, à travers trois grandes composantes, à savoir le désarmement chiffré à 842 500 000 FCFA ; la démobilisation et réinsertion prévues à hauteur de 950 000 000 FCFA et la réintégration qui coûtera 4 687 500 000 FCFA. À cela s’ajoute le montant de 1 820 000 000 FCFA pour la gestion du programme dont l’objectif est de contribuer à la consolidation de la paix à travers l’amélioration de l’environnement sécuritaire dans le Pool.

« Nous venons de signer le document de projet. Souvent, ce programme focalise son attention sur les ex-combattants mais cette-fois-ci, nous allons l’étendre à la population civile afin de l’aider à repartir dans les villages respectifs », a précisé le coordonnateur du système des Nations unies au Congo, Antony Ohemeng-Boamah.

Pour le Haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Euloge Landy Kolélas, « ce programme est le fruit des leçons tirées de différents programmes mis en œuvre au Congo de 2000 à 2015. Il est assez complet et plante le décor sur l’harmonisation de la composante du désarmement, démobilisation et réintégration ».

Rappelons que le DDR fait partie des termes de l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités signé le 23 décembre 2017 entre le gouvernement et la partie rebelle que dirige Frédéric Bintsamou alias pasteur Ntoumi.

L’un des points phares de cet accord reste le ramassage des armes prévu très prochainement.