Pool: 3 La­ris et un Chi­nois tués lors des pro­tes­ta­tions contre l’ex­ploi­ta­tion sau­vage et illi­cite de l’or par Pierre Oba

0
1287

3 vil­la­geois et un chi­nois ont été tués lors des af­fron­te­ments op­po­sant les au­toch­tones et les su­jets chi­nois qui ex­ploitent illi­ci­te­ment de l’or dans cette lo­ca­lité du Pool pour le compte du mi­nistre des Mines Pierre Oba. Les vil­la­geois pro­testent de­puis 2020 contre cette ex­ploi­ta­tion qui a pol­lué tous les cours d’eaux et qui ne bé­né­fi­cie pas à Kimba, moins en­core au dé­par­te­ment du Pool.

De­puis 2020, les ha­bi­tants de la lo­ca­lité de Kimba dans le Pool pro­testent contre l’ex­ploi­ta­tion illi­cite de l’or dont le ti­reur des fi­celles n’est entre autre que l’ac­tuel mi­nistre des Mines Pierre Oba. Déjà le 16 sep­tembre 2020, un mort a été si­gnalé lors des af­fron­te­ments avec les or­pailleurs chi­nois et Ouest-afri­cains qui opèrent pour le compte de ce mi­nistre.

Mal­gré les cris de dé­tresse lan­cée plu­sieurs fois aux au­to­ri­tés, la po­pu­la­tion du dis­trict de Kimba qui ne sait plus à quel saint se vouer a dé­cidé de se prendre en charge pour ar­rê­ter le pillage de cette ma­tière pre­mière dont les bé­né­fices ne vont pas au Tré­sor Pu­blic mais dans les poches du mi­nistre Pierre Oba et ses par­te­naires dans ce vol.

Se­lon des té­moi­gnages, à Kimba la si­tua­tion se dé­grade de plus belle…Au to­tal, plus de 600 km2 sont ex­ploi­tés par ces or­pailleurs. Sur le ter­rain, on si­gnale la pré­sence de plus de 700 tra­vailleurs et plus de 20 ma­chines de dru­mage…

La po­pu­la­tion re­proche éga­le­ment à ces ex­ploi­tants la non-ob­ten­tion du per­mis d’ex­ploi­ta­tion, mal­gré les as­su­rances des au­to­ri­tés lo­cales. « La pro­blé­ma­tique de l’ex­ploi­ta­tion de l’or dans le dis­trict de Kimba de­vient à nou­veau, sans nul doute, un vé­ri­table com­merce dont la ges­tion frau­du­leuse et illé­gale ne fait qu’en pro­fi­ter à des per­sonnes se ré­cla­mant pro­prié­taires ter­riens, ceci avec la com­pli­cité de cer­tains com­mis de l’État en poste dans cette lo­ca­lité »,  a dé­noncé un ha­bi­tant de Kimba en sé­jour à Braz­za­ville… La po­pu­la­tion dé­nonce, en outre, la pol­lu­tion des eaux et l’oc­cu­pa­tion anar­chique des terres…

Li­mi­tée au Nord par le dis­trict de Djam­bala (Pla­teaux), à l’Est par Vindza, à l’Ouest par Za­nanga (Lé­kou­mou) et au Sud par Kin­goué et Tsiaki (Bouenza), la sous-pré­fec­ture de Kimba re­gorge d’énormes po­ten­tia­li­tés na­tu­relles. Se­lon une source lo­cale, le dis­trict est de­puis plus deux ans vic­time d’une ex­ploi­ta­tion clan­des­tine de l’une de ses ri­chesses, à sa­voir l’or. « Ce qui est cu­rieux, c’est que cela se passe au vu et au su des pou­voirs pu­blics mal­gré la ré­cente des­cente ef­fec­tuée par des équipes de la di­rec­tion gé­né­rale des mines », dé­noncent les ha­bi­tants.

En ef­fet, cette des­cente a per­mis à la dé­lé­ga­tion de dé­cou­vrir la pré­sence de onze ma­chines de dru­mage de l’or. «Cette ex­ploi­ta­tion qui se dé­roule sans per­mis dé­li­vré of­fi­ciel­le­ment par le gou­ver­ne­ment est, sans nul doute, un acte de pillage. Il semble qu’un conseiller dé­par­te­men­tal, ori­gi­naire de la lo­ca­lité et bé­né­fi­ciant cer­tai­ne­ment de la com­pli­cité des au­to­ri­tés lo­cales de Kimba, se­rait à la tête de cette ex­ploi­ta­tion », ex­plique notre source, re­gret­tant le fait avec amer­tume qu’au­cune dé­ci­sion n’ait été prise par le mi­nis­tère ni par les au­to­ri­tés pré­fec­to­rales pour ar­rê­ter cette ex­ploi­ta­tion clan­des­tine.

D’après des té­moi­gnages, en­vi­ron sept cents per­sonnes tra­vaille­raient dans ces sites avec onze ma­chines pou­vant ex­traire entre 1 et 3 ki­lo­grammes par se­maine. In­for­mées de cette ex­ploi­ta­tion ar­ti­sa­nale, la di­rec­tion gé­né­rale des mines et la di­rec­tion dé­par­te­men­tale des mines du Pool se sont ren­dues sur les lieux le 6 mars der­nier, pour s’en­qué­rir de la si­tua­tion. Ac­com­pa­gnée des au­to­ri­tés lo­cales, cette mis­sion sur­prise d’ins­pec­tion a dé­cou­vert sur place des ma­chines in­dus­trielles pour ex­traire de l’or contrai­re­ment à ce qu’elle dis­po­sait comme in­for­ma­tion, celle des ac­ti­vi­tés ar­ti­sa­nales.

Les po­pu­la­tions se sont af­fron­tées aux tra­vailleurs pour ten­ter de mettre fin à cette ex­ploi­ta­tion illi­cite de l’or qui ne leur pro­fite pas. Un su­jet chi­nois et trois ha­bi­tants ont trouvé la mort et on dé­nombre plu­sieurs bles­sés graves des deux cô­tés.